EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Planète "malade" : l’Humanité a déjà dépassé 7 des 8 limites, la Terre risque de devenir invivable

Un homme se tient près d'une carcasse d'âne alors qu'il protège le bétail contre le vol dans le comté de Samburu, au Kenya.
Un homme se tient près d'une carcasse d'âne alors qu'il protège le bétail contre le vol dans le comté de Samburu, au Kenya. Tous droits réservés AP Photo/Brian Inganga
Tous droits réservés AP Photo/Brian Inganga
Par Euronews Green avec APTN
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Dans un rapport inédit, un groupement de chercheurs a défini quels sont les points de non-retour pour la planète et l’Humanité.

PUBLICITÉ

Selon une nouvelle étude, la Terre a dépassé sept des huit limites de sécurité scientifiquement établies pour la vie.

Nous nous dirigeons maintenant vers "la zone dangereuse", non seulement pour une planète en surchauffe qui perd ses zones naturelles, mais pour le bien-être des personnes qui y vivent.

Une équipe de plus de 40 scientifiques internationaux a examiné les garde-fous de l'écosystème planétaire. Pour la première fois, l'étude comprend des mesures de "justice", dont la prévention des dommages aux pays, les ethnies et les sexes.

La recherche a été publiée par le groupe scientifique international Earth Commission dans la revue Nature

Quelles limites de sécurité planétaires ont été dépassées ?

Les huit limites examinées par l'étude étaient le climat, la pollution de l'air, la contamination par le phosphore et l'azote de l'eau due à une utilisation excessive d'engrais, les approvisionnements en eaux souterraines, les eaux douces de surface, l'environnement naturel non bâti et l'environnement naturel et bâti par l'homme.

La pollution de l'air était la seule limite planétaire qui n'était pas tout à fait au point de danger mondial, mais qui était plutôt dangereuse aux niveaux local et régional.

Le climat était au-delà des niveaux nocifs pour les humains en groupe, mais pas tout à fait au-delà de la ligne directrice de sécurité pour la planète en tant que système, selon l'étude du groupe suédois.

Les chercheurs ont découvert des zones à problèmes "points chauds" dans toute l'Europe de l'Est, l'Asie du Sud, le Moyen-Orient, l'Asie du Sud-Est, certaines parties de l'Afrique et une grande partie du Brésil, du Mexique, de la Chine et une partie de l'ouest des États-Unis, en grande partie à cause du changement climatique.

A titre d'exemple, environ les deux tiers de la Terre ne répondent pas aux critères de sécurité de l'eau douce, ont déclaré les scientifiques.

Manish Swarup/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Une femme baigne sa fille dans la rivière Yamuna, recouverte d'une mousse chimique causée par la pollution industrielle, en IndeManish Swarup/Copyright 2021 The AP. All rights reserved

La Terre est maintenant dans une "zone dangereuse" mais elle n'est pas fatale

"Nous sommes dans une zone de danger pour la plupart des frontières du système terrestre", a déclaré Kristie Ebi, co-auteur de l'étude, professeur de climat et de santé publique à l'Université de Washington.

Si la planète Terre venait de subir un examen annuel, "notre médecin dirait que la Terre est vraiment très malade en ce moment", a déclaré Joyeeta Gupta, coprésidente de la Commission de la Terre et professeure d'environnement à l'Université d'Amsterdam, lors d'une conférence de presse. _"_Elle est malade dans de nombreux domaines ou systèmes différents et cette maladie affecte également les personnes vivant sur Terre."

Notre médecin dirait que la Terre est vraiment très malade en ce moment.
Joyeeta Gupta
Coprésidente de la Commission de la Terre

Ce n'est pas un diagnostic final. La planète peut récupérer si elle change, y compris son utilisation du charbon, du pétrole et du gaz naturel et la façon dont elle traite la terre et l'eau, ont déclaré les scientifiques.

Mais "nous allons dans la mauvaise direction sur pratiquement tous ces éléments", a déclaré l'auteur principal de l'étude, Johan Rockstrom, directeur de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique en Allemagne.

"Il s'agit d'un article convaincant et provocateur - scientifiquement solide dans sa méthodologie et important pour identifier les dimensions dans lesquelles la planète se rapproche du bord des frontières qui nous propulseraient dans des états irréversibles", Indy Burke, doyen de la Yale School of the Environment qui ne faisait pas partie de l'étude a déclaré dans un e-mail.

PUBLICITÉ
Eraldo Peres/Copyright 2018 The AP. All rights reserved
Des arbres calcinés après un incendie de forêt dans la région de Vila Nova Samuel, le long de la route menant à la forêt nationale de Jacunda au Brésil.Eraldo Peres/Copyright 2018 The AP. All rights reserved

Comment les scientifiques ont-ils créé ces limites de sécurité ?

L'équipe d'environ 40 scientifiques a créé des limites quantifiables pour chaque catégorie environnementale, à la fois ce qui est sans danger pour la planète et le point auquel cela devient nocif pour des groupes de personnes, ce que les chercheurs ont qualifié de problème de justice .

Johan Rockstrom a déclaré qu'il considérait ces points comme la mise en place d'une "barrière de sécurité" en dehors de laquelle les risques deviennent plus élevés, mais pas nécessairement mortels.

Dans le passé, lui et d'autres scientifiques ont tenté ce type de mesure holistique des divers écosystèmes interdépendants de la Terre. La grande différence dans cette tentative est que les scientifiques ont également examiné les niveaux local et régional et ils ont ajouté l'élément de justice.

Cet élément de justice comprend l'équité entre les jeunes et les anciennes générations, les différentes nations et même les différentes espèces. Souvent, cela s'applique à des conditions qui nuisent plus aux gens qu'à la planète. Le changement climatique en est un exemple.

PUBLICITÉ

Des dégâts sont causés même à 1 degré de réchauffement

Le rapport utilise la même limite de 1,5 degré Celsius de réchauffement depuis l'époque préindustrielle que les dirigeants internationaux ont convenue dans l'Accord de Paris sur le climat en 2015.

Jusqu'à présent, le monde s'est réchauffé d'environ 1,1 degré Celsius, il n'a donc pas franchi cette barrière de sécurité, ont déclaré Johan Rockstrom et Joyeeta Gupta, mais cela ne signifie pas que les gens ne sont pas blessés.

Même à 1 degré Celsius, il y a énormément de dégâts.
Joyeeta Gupta
Coprésidente de la Commission de la Terre

"Ce que nous essayons de montrer à travers notre article, c'est que même à 1 degré centigrade, il y a une énorme quantité de dégâts", a déclaré Joyeeta Gupta, pointant du doigt des dizaines de millions de personnes exposées à des températures extrêmement chaudes .

La limite de sécurité planétaire de 1,5 degrés n'a pas été franchi, mais la "juste" limite des 1 degré l'a été.

PUBLICITÉ
AP/Brian Inganga
Villageois du village de Lomoputh dans le nord du Kenya.AP/Brian Inganga

"La durabilité et la justice sont inséparables", a déclaré le chef des études environnementales de Stanford, Chris Field, qui ne faisait pas partie de la recherche. Il a dit qu'il voudrait des limites encore plus strictes.

"Les conditions dangereuses n'ont pas besoin de couvrir une grande partie de la surface de la Terre pour être inacceptables, en particulier si les conditions dangereuses sont concentrées dans et à proximité des communautés pauvres et vulnérables."

Un autre expert extérieur, le Dr. Lynn Goldman, professeur de santé environnementale et doyen de l'Ecole de santé publique de l'Université George Washington, a déclaré que l'étude était "un peu audacieuse", mais elle n'était pas optimiste quant au fait qu'elle entraînerait beaucoup d'action.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

50°C à Paris à l'avenir : comment la ville peut-elle s'adapter ?

Une vingtaine d'Etats membres exhortent l'exécutif de l'UE à agir pour la résilience de l'eau

Température ressentie de 62°C à Dubaï : pourquoi la chaleur et l'humidité sont-elles une combinaison mortelle ?