L'Espagne affronte Yago, deuxième vague de chaleur officiellement nommée

A man cools himself at a fountain in Seville, Spain, April 27, 2023.
A man cools himself at a fountain in Seville, Spain, April 27, 2023. Tous droits réservés AP Photo
Par Nichola DauntonLottie Limb avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Nommer les vagues de chaleur pour mieux les appréhender : l’idée n’est pas neuve. Il aura pourtant fallu attendre Séville, la capitale de l’Andalousie, pour franchir le pas. Le projet pilote de la quatrième ville d’Espagne durera un an et classera les vagues de chaleur en trois catégories.

PUBLICITÉ

La ville de Séville, dans le sud de l'Espagne, a nommé un événement de chaleur extrême pour la deuxième fois.

La canicule Yago a atteint le niveau maximum du système d'alerte de 3 cette semaine avec un pic le 26 juin avec des températures de plus de 40°C. On s'attend à ce qu'elle soit plus intense que Zoe, la toute première vague de chaleur nommée en juillet de l'année dernière. 

Cette canicule fait peser de graves menaces sur la santé des sévillans, préviennent proMETEO et la Ville de Séville. Les deux institutions ont émis des conseils aux résidents - en particulier les plus vulnérables - afin qu'ils puissent se préparer et prendre des précautions.

Pourquoi Séville nomme-t-elle ses canicules ?

Séville est devenue la première ville au monde à commencer à nommer et à classer les vagues de chaleur en juillet 2022 avec la vague de chaleur Zoe.

Le système pionnier a été dévoilé le 21 juin 2022 alors que l'Espagne subissait sa première vague de chaleur en 40 ans.

Située dans la vallée du fleuve Guadalquivir en Andalousie, la ville est l'un des endroits les plus chauds d'Espagne et une destination touristique extrêmement populaire.

"Nous sommes la première ville au monde à prendre une mesure qui nous aidera à planifier et à prendre des mesures lorsque ce type d'événement météorologique se produit", a déclaré le maire Juan Espadas.

Le projet pilote a été développé par le Centre de résilience de la Fondation Adrienne Arsht-Rockefeller en collaboration avec l'Université de Séville et la Ville de Séville. Il comporte trois catégories et alertera la population jusqu'à cinq jours avant un épisode de chaleur.

Les vagues de chaleur désignées comme événements de catégorie 2 ou 3 seront nommées dans l'ordre alphabétique inverse. Les cinq premiers s'appelleront Zoe, Yago, Xenia, Wenceslao et Vega ; des noms qui seront sûrement familiers aux sévillans avant longtemps, car les températures continuent de monter en flèche.

Quel est l'avantage de nommer les vagues de chaleur et les tempêtes ?

L'une des principales raisons d'être de proMETEO Sevilla est qu'il reliera les prévisions météorologiques aux avertissements sanitaires.

"Cette nouvelle méthode vise à sensibiliser à cet impact mortel du changement climatique et, en fin de compte, à sauver des vies", explique Kathy BaughmanMcLeod, directrice d'Arsht-Rock, un groupe de réflexion qui développe des solutions aux risques climatiques.

MARCELO DEL POZO/REUTERS
Un thermomètre affiche 47°C lors de la première vague de chaleur de l'année à Séville.MARCELO DEL POZO/REUTERS

Chacune des trois catégories (allant des échelons 1 à 3) déclenchera un ensemble distinct de mesures et de politiques de sécurité, telles que l'ouverture de piscines et de parcs aquatiques municipaux, ou l'activation d'agents de santé communautaires qui surveilleront les personnes âgées et d'autres personnes à risque.

Nommer les vagues de chaleur énonce également une réalité importante : ce ne sont plus des événements météorologiques "anormaux".

Alors que les gens nomment les tempêtes, les tornades et les ouragans depuis des siècles, le National Hurricane Center des États-Unis n'a commencé à nommer officiellement les cyclones tropicaux que dans les années 1950.

La pratique est particulièrement utile lorsque deux tempêtes se produisent en même temps et est censée sensibiliser et aider à se préparer aux systèmes météorologiques entrants. Cependant, les données scientifiques manquent pour savoir si nommer les tempêtes aide à sauver des vies.

"Le National Weather Service n'a connaissance d'aucune recherche ou preuve suggérant que nommer les vagues de chaleur sensibiliserait aux risques liés à la chaleur", a déclaré Kimberley McMahon, responsable du programme NWS Public Weather Services au Guardian. Mais elle concède que les alertes précoces peuvent aider les gens à se préparer à des conditions météorologiques extrêmes : "Même en sachant le potentiel d'un épisode de chaleur ou d'un été anormalement chaud, les préparatifs peuvent avoir lieu plus à l'avance".

Quelles autres localités envisagent de nommer les vagues de chaleur ?

L'État américain de Californie introduit également de nouvelles lois pour nommer les vagues de chaleur après que sa sécheresse record est entrée dans une troisième année en 2022. L'État occidental a connu son été le plus chaud jamais enregistré en 2021, suivi du début d'année le plus sec de l'histoire enregistrée.

PUBLICITÉ

Selon le National Weather Service, les décès liés à la chaleur sont désormais le plus grand facteur de mortalité aux États-Unis. Ils sont responsables de plus de décès chaque année que tout autre phénomène climatique extrême, notamment les inondations, les ouragans et les tornades.

Canva
Une forêt calcinée après un incendie en CalifornieCanva

En moyenne, 138 Américains meurent chaque année des suites d une chaleur extrême. Et les chercheurs espèrent que nommer les vagues de chaleur sensibilisera le public à leurs dangers et à leurs causes profondes environnementales.

Parallèlement à la dénomination, la Californie envisage également de classer ses vagues de chaleur afin que les gens soient conscients de la gravité des systèmes météorologiques entrants. Cela en fait le premier État du pays à mettre en place un tel système.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections anticipées en Espagne : explosion du vote par correspondance

Fortes chaleurs et orages violents s'abattent sur l'Europe

Record mondial de température en mars pour le dixième mois consécutif : et en Europe ?