La Grèce une nouvelle fois frappée par les inondations

Les rues inondées après la tempête
Les rues inondées après la tempête Tous droits réservés ΧΑΤΖΗΠΟΛΙΤΗΣ ΝΙΚΟΛΑΟΣ/ 2023 ΑΘΗΝΑΙΚΟ ΠΡΑΚΤΟΡΕΙΟ ΕΙΔΗΣΕΩΝ - ΜΑΚΕΔΟΝΙΚΟ ΠΡΑΚΤΟΡΕΙΟ ΕΙΔΗΣΕΩΝ
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est la région de Volos qui est sous les eaux, le trafic des ferry est perturbé.

PUBLICITÉ

Des inondations ont frappé mercredi le centre de la Grèce pour la deuxième fois ce mois-ci, la ville de Volos étant particulièrement touchée après qu'une précédente tempête y a fait le mois dernier 17 morts et causé de considérables dégâts.

Les autorités ont décrété un couvre-feu à Volos, une ville de près de 140.000 habitants, alors qu'une tempête baptisée Elias touchait terre, transformant les rues en rivières.

Cette tempête, la deuxième à frapper le pays en trois semaines, a déjà provoqué des inondations sur l'île d'Eubée, près d'Athènes. Des villages situés aux alentours de Volos ont été évacués.

Début septembre, le centre de la Grèce a été dévasté par les pluies cataclysmiques déversées par la tempête Daniel, qui ont détruit les cultures et tué des dizaines de milliers d'animaux dans une zone qui constitue le coeur de la production agricole grecque.

Le ministre de l'Agriculture, Lefteris Avgenakis, a déclaré mercredi que les équipes de nettoyage s'étaient déjà débarrassé de plus de 180.000 cadavres de bétail et de volaille, mais que d'autres élevages restaient impossibles à atteindre.

Les cultures détruites comprennent du coton, du maïs, du blé, des pommes et des kiwis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La COP28 doit s'engager à la "sortie" des énergies fossiles, dit le patron de l'ONU

Comment se répand la désinformation climatique en 2023 ?

Le bilan carbone de la COP28 à Dubaï scruté... à tort et à raison