Pourquoi l'énergie tirée des vagues et des marées a le vent en poupe

En partenariat avec The European Commission
Pourquoi l'énergie tirée des vagues et des marées a le vent en poupe
Tous droits réservés Euronews
Par Denis Loctier
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Rémi Gruet, PDG d'Ocean Energy Europe, explique à Euronews comment le développement de meilleures technologies et la guerre menée par la Russie en Ukraine aident les innovateurs à convaincre que les énergies marines pourraient être essentielles à la sécurité énergétique en Europe.

L'Europe fait des progrès considérables dans la production d'énergie marémotrice et houlomotrice, un secteur où elle est leader mondial en matière d'innovation et de développement. Les entreprises européennes sont à l'origine de 70% de la capacité mondiale de production d'énergie marine. Les objectifs ambitieux de l'Union européenne comprennent la création de fermes d'énergie marine capables de produire 100 mégawatts d'ici à 2027, puis 40 gigawatts d'ici à 2050, soit environ 10% de la demande européenne d'électricité.

Pour en savoir plus sur l'intérêt croissant pour les énergies tirées des océans, Euronews s'est entretenu avec Rémi Gruet, directeur général d'Ocean Energy Europe, organisation à but non lucratif représentant plus de 120 entités du secteur, dont de grands services publics, des centrales industrielles et des instituts de recherche de premier plan.

"Les vagues et les marées ont des avantages différents"

"Sur le réseau électrique européen, vous aurez besoin d'un éventail différent de technologies," explique Rémi Gruet. "Les vagues et les marées présentent des avantages différents," renchérit-il.

"Avec un peu de stockage, l'énergie marémotrice peut être produite presque 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, c'est-à-dire sans interruption," fait-il remarquer. "Les vagues, quant à elles, produisent de l'électricité longtemps après la fin du vent, parce que nous utilisons les vagues créées par le vent, c'est un très bon complément à l'énergie éolienne," précise-t-il.

Un nouveau soutien d'institutions et d'investisseurs

"L'an dernier, nous avons constaté qu'un soutien public important était enfin accordé aux énergies marémotrice et houlomotrice au niveau européen par l'intermédiaire du Fonds pour l'innovation, d'Horizon Europe, les programmes de recherche, et au niveau national également," se félicite le directeur général de Ocean Energy Europe. "En novembre, lors de la conférence annuelle du secteur, nous avons vu une foule d'investisseurs se tourner vers le secteur pour la première fois, nous avons donc vu de très grandes entreprises, des compagnies d'électricité, pétrolières et gazières, désireuses d'en savoir plus et même d'investir directement dans des projets," explique-t-il.

Une question de rentabilité et de sécurité

"Je pense que c'est parce que la technologie a beaucoup progressé," estime Rémy Gruet. "Les gens sont donc plus confiants dans le fait que nous pouvons utiliser l'eau pour produire de l'électricité de manière rentable," dit-il.

"Le deuxième point, c'est Vladimir Poutine : nous avons compris que la stabilité des prix du gaz n'existera plus jamais, or il n'y a pas de sécurité énergétique sans stabilité des prix," souligne-t-il.

"Cela a donc réellement déclenché une nouvelle compréhension de la nécessité de décarboniser, non seulement pour le climat, parce que c'était déjà acquis, mais aussi pour la sécurité énergétique," estime-t-il.

Journaliste • Denis Loctier

Partager cet article

À découvrir également

Comment l'Europe surfe sur la vague de l'énergie que renferme l'océan