PUBLICITÉ

Brexit, Russie et commerce au menu du sommet UE

Theresa May, Première ministre britannique
Theresa May, Première ministre britannique Tous droits réservés REUTERS/Francois Lenoir
Tous droits réservés REUTERS/Francois Lenoir
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les dirigeants européens doivent approuver l'accord provisoire sur la période de transition post-Brexit. Ils devront également trouver une position commune face à la Russie dans l'affaire de l'empoisonnement d'un ancien espion russe en Angleterre.

PUBLICITÉ

Un sommet de deux jours se tient à Bruxelles. Il y sera notamment question de Brexit. Mais ce que la Première ministre britannique est venu chercher ce jeudi, c'est une déclaration forte des 27 qui désignerait la Russie comme responsable de l'empoisonnement d'un ancien espion russe en Angleterre.

"Il est clair que la menace russe n'a pas de frontières et l'incident de Salisbury fait partie d'un schéma d'agression russe contre l'Europe et son voisinage proche, des Balkans occidentaux au Moyen-Orient", a déclaré Theresa May.

Certains pays partagent son opinion. D'autres, plus prudents, attendent des preuves avant de durcir le ton face à la Russie.

"J'ai déjà exprimé ma solidarité à Theresa May", affirme la chancelière allemande, Angela Merkel. "Je lui ai promis notre soutien. C'est une bonne chose que l'Angleterre ai remis les substances à l'autorité des armes chimiques qui va maintenant les analyser".

Brexit et Eurozone ce vendredi

Concernant le Brexit les 27 doivent approuver l'accord présenté en début de semaine sur la période de transition qui doit permettre une sortie en douceur de l'Union.

"Nous avançons dans la bonne direction et je vois les balises", a déclaré le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel. "Je pense qu'elles sont bonnes et la position du Royaume-Uni me semble... disons qu'elle nous paraît plus compréhensible".

Ces discussions se tiendront vendredi pour ensuite laisser place à un débat entre les 19 membres de la zone euro sur l'avenir de l'Union économique et monétaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Maximilian Krah se retire de la direction de l'AfD sous la pression de ses partenaires européens de l'extrême droite

La Serbie va-t-elle adopter une loi "russe" sur les ONG financées par l'étranger ?

Slovaquie : les députés s'engagent à mettre fin à la haine en politique