EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Facebook se lance à l'attaque des "suprémacistes blancs"

Facebook se lance à l'attaque des "suprémacistes blancs"
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Suprémacisme, nationalisme, séparatisme blancs.. Des mots qui n'ont plus leur place sur Facebook. le réseau social a annoncé ce mercredi soir qu'il allait d'avantage interdire les publications faisant l'apologie de ces concepts haineux et violents.

PUBLICITÉ

Suprémacisme, nationalisme, séparatisme blancs.. Des mots qui n'ont plus leur place sur Facebook. le réseau social a annoncé ce mercredi soir qu'il allait d'avantage interdire les publications faisant l'apologie de ces concepts haineux et violents.

Facebook et Instagram promettent donc de reprendre la main sur des dérapages dont la portée peut se révéler souvent dramatique. Mais est-ce réellement faisable, comment Facebook va t-il procéder ?

Barbara Ortutay est spécialiste des technologies chez AP : "Si vous recherchez des termes associés à ces groupes [...], vous n'obtiendrez aucun résultat, mais vous serez dirigé vers un groupe appelé La Vie après la Haine. C'est un groupe fondé par d'anciens extrémistes qui aident les gens à sortir de ces groupes extrémistes violents (...) Facebook utilise l'intelligence artificielle et tout un groupe de modérateurs humains pour trouver du contenu choquant, mais il ne trouve pas tout. Et certains trouvent toujours de nouveaux moyens pour se soustraire à son contrôle. Je pense donc que si beaucoup de groupes ont vanté cette nouvelle interdiction, il reste beaucoup de questions sur la façon dont Facebook va être en mesure de la faire respecter."

En 2017, le meurtre d'une militante anti-raciste à Charlottesville aux Etats-Unis avait averti sur l'urgence du phénomène, et la tuerie perpétrée par un homme se disant suprémaciste blanc dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande a de nouveau mis le sujet sur le devant de la scène.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Allemagne, la violence de l'extrême droite augmente à un rythme alarmant

L'Otan pourrait lever les restrictions d'armes fournies à Kyiv

La Chine ne restera pas les bras croisés si l'UE impose des droits de douane sur les véhicules électriques