PUBLICITÉ

Nucléaire : l'Union européenne demande à l'Iran de respecter ses engagements

Nucléaire : l'Union européenne demande à l'Iran de respecter ses engagements
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après avoir annoncé qu'elle dépasserait le taux d'enrichissement d'uranium autorisé par l'accord de 2015, la République islamiste a déclaré qu'elle prendrait d'autres mesures, si l'Europe n'intervient pas pour soutenir son économie.

PUBLICITÉ

L'Iran veut faire pression sur l'Union Européenne. Après avoir annoncé qu'elle dépasserait le taux d'enrichissement d'uranium autorisé par l'accord de 2015, la République islamiste a déclaré qu'elle prendrait d'autres mesures, si l'Europe n'intervient pas pour soutenir son économie.

La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont demandé à l'Iran de respecter ses engagements. Et le conseiller diplomatique du président Emmanuel Macron s'est rendu à Téhéran pour tenter de préserver l'accord de Vienne.

"Il semble que jusqu'à présent, les Européens ne veulent pas mettre fin à l'accord, analyse Ali Vaez, de l'International Crisis Group. I_ls considèrent que les mesures iraniennes sont calibrées et réversibles, et qu'elles ont surtout pour objectif de les contraindre, ainsi que la Russie et la Chine, à lancer une bouée de sauvetage économique à l'Iran"_.

L'Europe a mis en place un système, appelé INSTEX, pour protéger les entreprises européennes qui investissent en Iran et empêcher qu'elles subissent les sanctions américaines imposées à quiconque fait des affaires dans le pays.

"Les efforts européens peuvent certainement aider à gagner du temps, mais cela ne suffira pas à sauver l'économie iranienne, nuance toutefois Ali Vaez. Ce genre de soutien peut venir de l'Asie. Si la Chine devait revenir à son niveau initial d'importations de pétrole iranien, je pense que l'économie iranienne pourrait se maintenir à flot, au moins jusqu'aux élections présidentielles américaines de 2020."

Les récentes mesures prises par la Maison Blanche contre l'Iran attisent les tensions les deux pays, mais elles mettent aussi à rude épreuve les relations entre Washington et Bruxelles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE prudente avec l’Iran

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes

Macron entame la première visite d'État d'un président français en Allemagne depuis 24 ans