PUBLICITÉ

La réforme de la PAC validée par les 27 ministres de l’Agriculture

La réforme de la PAC validée par les 27 ministres de l’Agriculture
Tous droits réservés NICOLAS TUCAT/AFP
Tous droits réservés NICOLAS TUCAT/AFP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Conseil, l’institution qui représente les Etats membres, confirme formellement l’accord sur la Politique agricole commune conclu la semaine dernière entre les différents négociateurs européens.

PUBLICITÉ

La réforme de la PAC, la Politique agricole commune, est confirmée. Les ministres de l'Agriculture de l'UE ont donné leur accord lundi. L’objectif est de verdir le secteur dans les années à venir. 

Pour les ONG environnementales ce texte est surout un coup d'épée dans l'eau. "C'est un échec pour le climat car il n'y a aucune mesure dans cette réforme qui oblige les Etats membres à mettre en place de nouvelles pratiques pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre", regrette Marco Contiero de Greenpeace UE.

La réforme prévoit la mise en place "d'écorégimes". Il s’agit de primes accordées aux exploitants qui s'engagent dans une production plus respectueuse de l'environnement. Pour les professionnels ce texte permet de trouver un juste équilibre. "Certains voudraient aller plus vite, plus haut, plus fort mais ça aurait mis en péril l'économie des exploitations. L'accord qui a été trouvé est équilibré entre l'économie et l'environnement", estime Christiane Lambert, présidente du COPA qui représente les syndicats agricoles européens.

La fracture est identique sur le volet social de la PAC. Le texte prévoit de sanctionner à partir de 2025 les agriculteurs qui ne respectent pas le droit du travail. Pour les ONG il s’agit du simple respect de la loi. "On demande juste aux producteurs qui reçoivent de l'argent public de respecter la législation actuelle, ce n'est pas exagéré!", renchérit Marco Contiero.

Pour les producteurs le respect du droit du travail est essentiel mais il ne faut pas supprimer les subventions agricoles. "Il ne faut pas doubler de sanctions financières PAC, des sanctions qui de toute façon interviennent dans les Etats membres quand les gens ne respectent pas" la loi, insiste Christiane Lambert. Avec une enveloppe de 386,6 milliards d'euros sur sept ans, la PAC représente près d’un tiers du budget de l'UE et sa réforme est donc lourde de conséquences.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le modèle d'une agriculture durable fait son chemin dans l'UE

Deux fois moins de pesticides dans l'agriculture d'ici 2030 : la transition est en marche

Pourquoi les jeunes Allemands sont-ils séduits par les idées de l'AfD ?