PUBLICITÉ

L’Australie veut reprendre le dialogue commercial avec l’UE après la crise des sous-marins

L’Australie veut reprendre le dialogue commercial avec l’UE après la crise des sous-marins
Tous droits réservés European Parliament
Tous droits réservés European Parliament
Par Shona MurrayEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministre australien du Commerce est en déplacement à Bruxelles pour tourner la page des tensions avec la France et pour relancer les négociations commerciales avec les 27.

PUBLICITÉ

Les négociations commerciales entre l'Union européenne et l'Australie sont toujours reportées sans calendrier de reprise. Cette suspension est le résultat de la crise des sous-marins entre Paris et Canberra. 

Le ministre australien du Commerce a fait le déplacement à Bruxelles pour relancer les pourparlers. Dan Tehan explique que l'environnement politique dans la région change et que les appareils nucléaires proposés par les Etats-Unis sont désormais nécessaires. "Nous comprenons la déception française (…) et nous voulons continuer à expliquer pourquoi nous avons pris cette décision et souligner que la région indo-pacifique a beaucoup changé depuis que nous avons commencé à négocier l'accord pour les sous-marins français", explique-t-il.

L'UE a apporté son soutien à la France après la rupture du contrat par le gouvernement australien. Les tensions semblent toutefois s'estomper. Paris a renvoyé son ambassadeur en Australie et la Commission européenne veut reprendre les discussions sur un accord de libre-échange avec Canberra. Mais au Parlement européen certains élus estiment qu’il faudra beaucoup d’efforts politiques pour reprendre le fil. "La confiance est la monnaie nécessaire pour un accord commercial et nous avons perdu la confiance à cause de cette affaire et du contrat conclu avec les Etats-Unis", souligne l’eurodéputé Bernd Lange (S&D).

L’Australie se lance donc dans un effort de reconstruction avec l’UE, un effort qui pourrait prendre du temps. Avant la crise des sous-marins, la question des normes agricoles ou la production de vin posaient déjà des difficultés entre les deux partenaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Paris et Canberra affirment que la crise des sous-marins est terminée

Crise des sous-marins : l'ambassadeur de France en Australie bientôt de retour à Canberra

Crise des sous-marins : "un signal d'alarme pour nous tous dans l'UE"