PUBLICITÉ

Adapter les règles fiscales européennes au lendemain de crise provoquée par le covid-19

Le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis
Le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis Tous droits réservés Ronald Wittek/AP
Tous droits réservés Ronald Wittek/AP
Par Efi KoutsokostaEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne lance un débat sur l’avenir des règles budgétaires communes, bousculées par la crise sanitaire et économique.

PUBLICITÉ

Comment adapter les règles fiscales et budgétaires au lendemain de la pandémie de covid-19 ? C'est la question et la réflexion lancées mardi par la Commission européenne. L'institution veut rassembler tous les points de vue. Elle publiera au cours du premier trimestre de l'année prochaine des orientations de politique budgétaire pour la période à venir. 

Le vice-président de la Commission estime que le cadre actuel a bien fonctionné. "Il a permis de maintenir les finances publiques sous contrôle, en particulier le seuil des 3% du déficit (public) qui est devenu un critère pour éviter les déficits excessifs", se félicite Valdis Bombrovskis. Mais le responsable letton souligne tout de même que "si l'on regarde avec notre prisme actuel, les faiblesses que nous avions identifié il y a deux ans sont encore plus pertinentes."

Cette question risque de raviver immédiatement la fracture entre le nord et le sud du continent. La perspective d'un compromis semble donc encore lointaine. Le rythme de réduction annuelle de la dette n'est tout simplement pas réaliste pour certains pays membres comme l'Italie et la Grèce qui ont un déficit évalué respectivement à 160% et 200% du Produit intérieur brut (PIB). "Nous avons trouvé que certains pays du sud auraient besoin de faire un effort d'ajustement fiscal énorme de l'ordre de 5 à 6% du PIB (…) ce qui est tout simplement inconcevable", explique Zsolt Darvas, chercheur à l’institut Bruegel.

Seuls le Danemark, le Luxembourg et la Suède n'ont pas besoin de faire cet ajustement fiscal puisque leur niveau d'endettement est déjà bas. Dès lors se pose la question d'un retour des programmes d'austérité. "J'espère que la Commission européenne a tiré les leçons des précédentes crises, de la crise financière mondiale et de la crise de l'euro, qui ont montré qu'une consolidation fiscale trop rapide peut compromettre la reprise", répond Zsolt Darvas

Le débat initié par la Commission se déroulera sous forme de forums, de réunions, d’ateliers et à travers une enquête en ligne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Coronavirus : la Commission suspend les règles budgétaires de l'UE

Paolo Gentiloni : "Il faut adapter les règles budgétaires de l'UE"

L’adhésion de la Moldavie à l’UE, "le plan stratégique le plus important" depuis son indépendance