PUBLICITÉ

Premier bilan de l’adoption du bitcoin au Salvador

Premier bilan de l’adoption du bitcoin au Salvador
Tous droits réservés LUDOVIC MARIN/AFP
Tous droits réservés LUDOVIC MARIN/AFP
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis septembre, le bitcoin est devenu une monnaie légale au Salvador .Comment cette cryptomonnaie est-elle acceptée par la population ? Le point avec Félix Ulloa, le vice-président du Salvador.

PUBLICITÉ

**Le Salvador est devenu le premier pays au monde à avoir adopté une crypto-monnaie comme devise légale. **Comment se sont passées ses premières semaines de fonctionnement? Euronews a posé la question à Felix Ulloa, le vice-président du Salvador.

Depuis le mois de septembre, le bitcoin peut être utilisé dans n'importe quelle transaction au Salvador. Les points d'encaissement prolifèrent et de en plus de personnes l'utilisent. Mais des doutes subsistent.

« Jusqu'à présent, ça se passe très bien. En fait, lorsque le bitcoin, qui est l'une des nombreuses crypto-monnaies, a été légalement adopté, il y avait beaucoup de critiques sur sa volatilité, sur le fait que cette monnaie pouvait être utilisée pour le blanchiment d'argent. Bref, toute une série de doutes raisonnables, bien sûr. J'espère qu'avec le temps, ils ont été dissipés. La manière avec laquelle le processus a commencé a déjà été ratifiée par la population. Nous avons plus de trois millions de comptes courants en bitcoin, ce qui plus que double le nombre de comptes bancaires", explique Félix Ulloa, le vice-president du Salvador.

Des manifestations anti-bitcoin

Mais l'arrivée de cette crypto-monnaie ne semble pas plaire à tout le monde. Pour la première fois, depuis l'arrivée au pouvoir du président Nayib Bukele, des manifestations ont eu lieu dans les rues. Les gens ont scandé des slogans et brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Le Bitcoin est une fraude" et "Nous en avons assez de l'autoritarisme". Face à ces contestations, l****e gouvernement du Salvador a décidé d'interdire les rassemblements de masse afin d'éviter la propagation du COVID-19.

"C'est précisément ce qui a déclenché le pic que nous avons connu, le niveau de contagion a été déclenché par ces manifestations anti-bitcoin, alors que le Salvador démontre en ce moment non seulement son leadership au niveau mondial, mais aussi sa capacité d’attirer les investisseurs de haut rang qui vont se réunir en novembre au Salvador", ajoute Félix Ulloa.

Une perte de la souveraineté monétaire ?

Le Salvador utilise le dollar américain depuis 20 ans et **le bitcoin a été adopté pour revitaliser son économie en difficulté. **Mais beaucoup affirment qu'il s'agit d'une monnaie volatile et opaque qui pourrait favoriser ceux qui ont un gros capital. Elle pourrait également impliquer une perte de la souveraineté monétaire. 

Une critique contestée par Félix Ulloa, le vice-président du Salvador. "C'est tout le contraire. C'est une libération. On perd son autonomie quand on est soumis aux monnaies fiduciaires. Avant, nous avions le dollar américain comme monnaie légale. Cela nous rendait dépendants d'une monnaie fixe. D'autres devises fixes peuvent être l'euro, la livre sterling. Lorsque vous entrez sur ce marché des crypto-monnaies, il n'y a pas de telles réglementations. C'est l'avantage".

Le Salvador s'est lancé dans un pari audacieux dont les résultats ne seront visibles que dans le futur.

Journaliste • Ana LAZARO

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre contre les gangs au Salvador : plus de 9 000 personnes arrêtées en 15 jours

Bruxelles : le premier ministre palestinien a rencontré les partenaires internationaux

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes