This content is not available in your region

Des eurodéputés visitent le port de Mariupol en Ukraine : "On est frappés de voir le calme"

Access to the comments Discussion
Par Ana LAZARO
euronews_icons_loading
Des eurodéputés membres du Comité des Affaires étrangères et du Sous-comité à la Sécurité et la Défense en déplacement à Mariupol en Ukraine, le 31 janvier 2022
Des eurodéputés membres du Comité des Affaires étrangères et du Sous-comité à la Sécurité et la Défense en déplacement à Mariupol en Ukraine, le 31 janvier 2022   -   Tous droits réservés  © European Union copyrightYear: 2022

Une délégation de haut niveau composée de neuf eurodéputés effectuent une mission d’enquête en Ukraine.

Ils ont visité la ville de Mariupol, proche de la frontière russe et de la mer d'Azov, un endroit connu pour ses industries, mais aussi parce qu'il abrite un port stratégique en termes de routes d'approvisionnement. Les eurodéputés veulent comprendre la situation sur le terrain et montrer la solidarité de l'Union européenne avec le peuple ukrainien.

Ici la situation est tendue. Elle l'est depuis des années, en réalité. Mais on est frappés de voir le calme, la résilience de la population qui vaque à ses occupations, qui ne veut pas se laisser impressionner et qui ne veut pas se laisser manipuler. L'Ukraine a choisi sa voie, elle a le droit de choisir sa voie, et elle a besoin de partenaires fiables et l'Union européenne est un partenaire fiable de l'Ukraine.
Nathalie Loiseau
Eurodéputée, Renew Europe, France

"Nous appelons le Kremlin à se calmer. Nous devons réduire la tension et la première chose est de se mettre d'accord sur des principes. Le premier principe est que nous ne menaçons pas l'autre en Europe et que nous n'utilisons pas de moyens militaires l'un contre l'autre.Nous devons résoudre ce conflit avec de la diplomatie", a affirmé David McAllister, eurodéputé, PPE, Allemagne.

La délégation européenne a également visité une unité militaire pour évaluer la sécurité dans la zone de contact, là où elle a été informée des violations continues du cessez-le-feu.

De nombreux observateurs pensent également qu'en cas d'attaque russe, Mariupol pourrait être l'une des premières cibles militaires.

Journaliste • Yolaine De Kerchove Dexaerde