Les pêcheurs demandent un soutien de l’Union européenne

Les pêcheurs demandent un soutien de l’Union européenne
Tous droits réservés Aida Sánchez, Euronews
Tous droits réservés Aida Sánchez, Euronews
Par Aida Sanchez AlonsoEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La guerre en Ukraine provoque une flambée des prix du carburant qui menace l’industrie de la pêche.

PUBLICITÉ

La guerre en Ukraine déstabilise des secteurs économiques déjà fragilisés depuis plusieurs mois. La pêche n'échappe pas aux conséquences du conflit entre Kiev et Moscou. Le prix du carburant pour les navires était en augmentation constante depuis longtemps mais les coûts ont bondi avec le déclenchement de l'invasion.

Désormais faire le plein coûte deux fois plus cher. Pour les pêcheurs c'est un désastre. "Ce n'est pas seulement le carburant qui nous tue. Nous avons aussi besoin de matériel fabriqué à partir de pétrole. Nous avons aussi besoin de fer et les prix s'envolent. Le prix des poissons est bon mais il n'est pas suffisant pour couvrir les coûts", explique Geert de Groote, pêcheur à Ostende en Belgique.

Andrew Medichini/ AP
Les pêcheurs subissent la flambée des prix du carburantAndrew Medichini/ AP

La France a annoncé des mesures d'urgence pour aider les professionnels à faire le plein d'essence. En revanche en Espagne les pêcheurs sont en grève et de nombreux pays membres n'ont pas mis en place de dispositif de soutien.

La Commission européenne dit entendre cet appel à l’aide. Malgré les manifestations, le Commissaire européen en charge de la Pêche assure que l'institution a réagi rapidement. Elle autorise des aides d'Etat à hauteur de 35 000 euros pour les coûts de production additionnels comme le prix du carburant. Le dispositif sera actif dans les prochains jours. La Commission va aussi mettre en place un mécanisme de crise pour permettre l'emploi des fonds européens afin d'atténuer l'impact du conflit.

Mais c'est aussi aux capitales d'agir, insiste le Commissaire Virginijus Sinkevičius. "Les Etats membres doivent s'assurer qu'ils utilisent ces possibilités le plus tôt possible afin que les fonds parviennent le plus rapidement possible aux hommes et aux femmes ainsi qu'à l'industrie de transformation", explique le responsable lituanien.

Cette mesure sera mise en place rapidement et prendra effet rétroactivement à partir du jour du déclenchement de la guerre, le 24 février.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Visite guidée dans le quartier des lobbies européens

Après le Russiagate, les députés européens s'empressent de dénoncer le Chinagate naissant

L'assistant d'un eurodéputé allemand arrêté, soupçonné d'espionnage pour la Chine