EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L’Ukraine réitère ses accusations de crime de guerre commis par la Russie

La Commissaire aux droits de l'homme du Parlement ukrainien
La Commissaire aux droits de l'homme du Parlement ukrainien Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/The Associated Press
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/The Associated Press
Par Shona MurrayEuronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En déplacement à Bruxelles la médiatrice ukrainienne répète que Kyiv rassemble des preuves pour des crimes de guerre commis par la Russie.

PUBLICITÉ

L'Ukraine rassemble des preuves de crimes de guerre commis par la Russie depuis le début du conflit. La Commissaire aux droits de l'homme du Parlement ukrainien était à Bruxelles pour évoquer les atrocités qui se déroulent dans son pays. Lyudmila Denisova estime que depuis février plus de 400 000 Ukrainiens ont été déplacés de force pour être envoyés en Russie.

"Ils ont été emmenés de force dans des camps dans la région de Donetsk. Ensuite ils sont montés dans des bus russes avant d'être envoyés en train dans différents endroits", insiste Lyudmila Denisova.

La Commissaire aux droits de l'homme ajoute qu'après un mois de combat il n'y a pas eu un seul corridor humanitaire viable. Elle accuse Moscou de voler les uniformes des soldats ukrainiens et de les utiliser pour commettre des attaques contre des civils ou contre des cibles civiles.

Pour la Commissaire les atrocités à Marioupol s’apparentent à un génocide. "La plupart des bâtiments ont été détruits par les bombes et les bombardements. Plus de 20 000 habitants ont été tués", souligne-t-elle.

Les civils se retrouvent sous la menace constante de violence, sans accès à l'eau et à de la nourriture. Le président russe, Vladimir Poutine, a précisé à son homologue français, Emmanuel Macron, que les bombardements se poursuivraient tant que la population ne se sera pas rendue.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Rien de "prometteur" : le Kremlin minimise les pourparlers russo-ukrainiens

La Coup pénale internationale ouvre une enquête pour crimes de guerre en Ukraine

Keir Starmer reçoit les dirigeants européens pour parler sécurité