PUBLICITÉ

L'UE se prépare au défi migratoire provoqué par la crise alimentaire

La Commissaire européenne chargée des Affaires intérieures Ylva Johansson
La Commissaire européenne chargée des Affaires intérieures Ylva Johansson Tous droits réservés Kenzo Tribouillard/AFP or licensors
Tous droits réservés Kenzo Tribouillard/AFP or licensors
Par Alice TideyEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne se prépare à d'éventuelles vagues migratoires provoquées par la guerre en Ukraine et le blocage par la Russie de millions de tonnes céréales.

PUBLICITÉ

La crise alimentaire et la hausse des prix de l'énergie pourraient entraîner de l'instabilité et provoquer de nouvelles vagues migratoires vers l'UE, avertit la Commission européenne.

Pour la Commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Ylva Johansson, les tensions provoquées par la crise alimentaire et la forte hausse des prix de l'énergie "pourraient conduire à d'autres situations d'insécurité, comme des pays instables, des groupes terroristes plus forts, des groupes criminels organisés plus forts".

"Cela signifie que les gens peuvent se retrouver dans une situation où ils ne se sentent pas en sécurité pour rester dans leur pays et commencent alors à se déplacer. Bien sûr, c'est un énorme défi", a-t-elle ajouté en début de semaine à l'issue d'une réunion informelle à Prague des 27 ministres en charge du dossier.

A cause de l’invasion de l’Ukraine par la Russie des millions de tonnes de céréales sont bloquées et ne peuvent pas être exportées à travers le monde.

Les produits ukrainiens nourrissaient avant la guerre environ 400 millions de personnes, parmi les plus vulnérables. Cette rupture de l’approvisionnement entraîne une hausse des coûts sur les marchés mondiaux. Le prix du blé a augmenté de 30 % en un an.

Les Nations Unies ont prévenu le mois dernier qu'environ 1,6 milliard de personnes dans 94 pays sont désormais exposées aux crises alimentaire, énergétique ou financière, exacerbées par la guerre en Ukraine. Environ 1,2 milliard de personnes vivent dans des pays vulnérables à ces trois dangers.

L’ONU souligne que le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire grave est lui aussi à la hausse. Il est passé de 135 millions à 276 millions en raison de la pandémie de covid-19 et pourrait atteindre les 323 millions.

La crise du coût de la vie pourrait déclencher un "cycle de troubles sociaux conduisant à l'instabilité politique", ajoute l’institution internationale.

Pour Ylva Johansson il est actuellement impossible de prévoir le nombre de personnes qui pourraient tenter de rejoindre l'UE en raison des difficultés, mais que des travaux sont en cours pour s'y préparer.

"Nous travaillons à l'élaboration de plans d'urgence au cas où beaucoup plus de personnes viendraient dans l'Union européenne, nous sommes bien préparés pour cela ; mais ensuite, bien sûr, nous essayons d'éviter que cela se produise et c'est pourquoi il semble si important de tendre la main aux pays partenaires", précise-t-elle.

L’UE va par exemple signer un partenariat opérationnel de lutte contre la contrebande avec le Niger pour soutenir le pays et contribuer à sa stabilisation, ajoute la responsable suédoise. Elle insiste sur le fait que "nous ne devrions pas attendre d'avoir une crise à notre frontière, nous devons également tendre la main plus tôt."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : 120 réfugiés yazidis irakiens bloqués aux portes d'un camp

Ursula von der Leyen : "Moscou utilise la crise alimentaire comme une arme dévastatrice"

La Banque mondiale se mobilise contre la crise alimentaire