This content is not available in your region

0,5 % des dépenses des pays de l'UE sont dédiées à la lutte contre les incendies

Access to the comments Discussion
Par Alice Tidey
Un feu de forêt près de Landiras dans le sud-ouest de la France, le 17 juillet 2022
Un feu de forêt près de Landiras dans le sud-ouest de la France, le 17 juillet 2022   -   Tous droits réservés  SDIS 33 via AP

En Europe, la saison estivale est de plus en plus souvent, le théâtre de scènes apocalyptiques en raison des feux qui sont provoqués par les vagues de chaleur et qui brûlent des milliers d'hectares de terrain.

Pour autant, les dépenses publiques consacrées aux services de protection contre les incendies n'ont guère évolué par rapport à ce qu'elles étaient au début des années 2000. Les 27 États membres de l'Union européenne ont dépensé au total, 30,9 milliards d'euros pour ces services en 2019 selon l'agence officielle européenne de statistiques Eurostat qui n'a pas publié de données plus récentes. Cela représentait environ 0,5 % des dépenses publiques totales à l'échelle de l'UE. Un chiffre stable depuis 2001 d'après Eurostat.

Mais dans le détail, cette proportion diffère selon les pays européens. La Bulgarie consacre environ 0,9 % de ses dépenses à ces services tandis que dans le cas du Danemark, cette part n'est que de 0,1 %.

Parmi les États membres méditerranéens traditionnellement les plus touchés par les feux de forêt, la France se situe dans la moyenne de l'UE avec 0,5 %, la Grèce est légèrement au-dessus (0,6 %) alors que l'Espagne, l'Italie et le Portugal se situent juste en dessous (0,4 %).

Les incendies se déplacent vers le nord

Les efforts menés en particulier, dans le cadre de ce que l'on appelle l'EUMED 5 - qui réunit la France, l'Italie, la Grèce, le Portugal et l'Espagne - ont été efficaces puisque le total des superficies de terres parties en fumée dans des feux de forêt a légèrement diminué depuis 1980 selon l'Agence européenne pour l'environnement (AEE).

Mais il existe une "grande variabilité selon les années" en fonction des conditions météorologiques, note l'AEE qui souligne que la superficie incendiée en 2017 dans l'ensemble des pays de l'EUMED5 a été la deuxième plus importante jamais enregistrée en raison notamment de feux sans précédent au Portugal. En 2018, en revanche, la superficie incendiée a été la plus faible jamais observée.

2018 a également été remarquable parce que cette année-là, jamais eu autant de pays n'ont été confrontés à d'importants feux de forêt. Ainsi, ils ont notamment frappé l'Europe centrale et septentrionale, habituellement épargnée par ce type d'incendies. La Suède, par exemple, a connu en 2018, la pire saison de feux de son histoire et a demandé une aide internationale pour y faire face.

À l'échelle européenne, on peut noter que les feux de forêt ont représenté 17 % des demandes d'assistance par le biais du mécanisme de protection civile de l'UE entre 2007 et 2021. Selon les chiffres de la Commission européenne, ce mécanisme permettant aux États membres ou aux pays tiers de demander de l'aide si leurs propres capacités sont dépassées par une catastrophe a été activé en moyenne, 6,5 fois par an entre 2007 et 2019, uniquement pour lutter contre les feux de forêt.

L'année suivante a offert une accalmie avec une seule demande de ce type alors que neuf ont été faites l'an dernier, y compris par des voisins de l'UE comme la Turquie, l'Algérie, la Macédoine du Nord et l'Albanie.

L'UE a connu en 2021, la deuxième plus mauvaise saison des feux de forêt depuis 2000, la pire année étant 2017 au cours de laquelle plus d'un million d'hectares avaient été détruits par les flammes. En 2021, au moins 86 personnes ont perdu la vie dans ces incendies.

Sécheresse et feux de forêt

Comme annoncé, la saison 2022 s'avère elle aussi particulièrement difficile. Au moins trois personnes ont aujourd'hui, péri alors qu'elles participaient aux efforts de lutte contre les feux, notamment le pilote d'un avion de combat au Portugal et deux membres d'équipage d'un hélicoptère de lutte contre les incendies en Grèce.

Des centaines de pompiers au Portugal, en Espagne, Italie et France ont été mobilisés ces derniers jours sur de multiples incendies.

Ces feux sont attisés par une vague de chaleur qui pousse les températures à plus de 40 °C dans certaines régions. Ils sont aussi favorisés par une sécheresse qui dure depuis des mois en Europe et qui "pourrait devenir la pire de tous les temps,"avait prévenu début juin Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne chargé des relations interinstitutionnelles.

L'UE a cherché à mieux préparer ses ressources en prévision de cette saison en prépositionnant plus de 200 pompiers de plusieurs États membres en Grèce où des scènes choquantes de personnes se précipitant sur des bateaux pour fuir les flammes au cœur de la nuit avaient eu lieu sur l'île d'Eubée l'an dernier.

La Commission a également financé la disponibilité de réserve d'une flotte rescEU de 12 avions et d'un hélicoptère de lutte contre les incendies. Celle-ci est constituée par la Croatie, la France, la Grèce, l'Italie, l'Espagne et la Suède et mise à la disposition des autres États membres en cas d'urgence.