This content is not available in your region

Une sécheresse sans précédent en Italie suscite des craintes pour l'avenir

Access to the comments Discussion
Par Giorgia Orlandi
Une femme se tient sur le lit du Pô à côté du pont de la Becca à Linarolo, près de Pavie, en Italie, lundi 27 juin 2022.
Une femme se tient sur le lit du Pô à côté du pont de la Becca à Linarolo, près de Pavie, en Italie, lundi 27 juin 2022.   -   Tous droits réservés  Luca Bruno/AP Photo

L'un des plus longs fleuves d'Italie, le Pô, est confronté à une sécheresse sans précédent qui a laissé ses rives presque à sec.

Il y a six mois à peine, les morceaux de terre fissurés que l'on peut voir aujourd'hui à Borretto étaient recouverts par des mètres d'eau vive. Cela inquiète les défenseurs du climat, les riziculteurs et les personnes qui vivent le long du Pô.

Les précipitations ont été minimes au cours des derniers mois, ce qui, combiné à la hausse des températures, a entraîné l'assèchement de nombreuses régions du sud de l'Europe.

L'ingénieur environnemental de l'Autorité du bassin du Pô, Marco Gardella, a déclaré : "Depuis novembre dernier, la quantité de précipitations a diminué de moitié et la quantité de neige a diminué de 70 %. Cela a empêché les lacs de se remplir. Ce qui est crucial pour maintenir le débit du fleuve."

Cette récente sécheresse a causé de graves problèmes à la région.

Le fleuve alimente près d'un tiers de la production agricole italienne, la sécheresse a donc eu un effet d'entraînement sur l'ensemble du secteur, et des restrictions d'eau ont été introduites dans plus d'une centaine de municipalités de la région d'Émilie-Romagne.

Des centaines de milliers de personnes vivant dans cette région en ressentent également les effets.

Beaucoup d'entre eux utilisent l'eau à des fins domestiques, ce qui devient de plus en plus difficile en raison de l'afflux croissant d'eau de mer dans le fleuve.

À quelques minutes du fleuve, le maire de la petite ville de Fontanellato a éteint la fontaine principale et demandé aux citoyens de réduire leur consommation d'eau.

Luigi Spinazzi a déclaré que cette initiative "porte un message important", compte tenu de son caractère inhabituel.

Il a ajouté : "C'est la première fois que cela se produit, et il en sera ainsi 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour renforcer l'alerte. Cette année en particulier, chacun doit être conscient du fait que l'eau est une ressource dont nous devons tous nous soucier."

Limiter la quantité d'eau utilisée est l'une des solutions, mais beaucoup affirment qu'elle n'est pas assez drastique dans cette course contre la montre.

Meuccio Berselli, secrétaire général de l'autorité du bassin du Pô, a déclaré : "Nous devons accélérer le processus de transition écologique. C'est un sujet dont nous ne devrions plus débattre, tout le monde sait qu'il existe. L'année prochaine pourrait être encore pire, car nos recherches indiquent que les températures vont augmenter et que des sécheresses comme celle-ci pourraient durer plus longtemps que d'habitude".