This content is not available in your region

"Les sanctions de l'Union européenne sont conçues pour le moyen et le long terme"

Access to the comments Discussion
Par Stefan Grobe  & Euronews
euronews_icons_loading
L'UE conteste la controverse sur l'efficacité de ses sanctions contre la Russie
L'UE conteste la controverse sur l'efficacité de ses sanctions contre la Russie   -   Tous droits réservés  Jean-Francois Badias/AP

C’est une polémique rejetée par l’UE. Plusieurs voix accusent les sanctions adoptées par les 27 contre la Russie d’être responsables de la hausse des prix de l’énergie.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, répond que les mesures de représailles de l’UE fonctionnent et que l’économie russe s’effondre.

Pour évaluer l’impact des sanctions, Euronews a interrogé Stefan Lehne, chercheur au Carnegie Europe.

Euronews :

L'opinion publique a le sentiment que les sanctions ne fonctionnent pas et que la Russie se porte bien. Comment voyez-vous la situation ?

Stefan Lehne :

Je crois que très peu d'experts sérieux pensaient que l'économie russe pouvait s'écrouler et pousser ainsi Vladimir Poutine à mettre un terme à la guerre. Je pense que les sanctions de l'UE sont conçues pour le moyen et le long terme et elles ont déjà un impact. Et ceux - qui affirment que l'Union souffre davantage des sanctions que la Russie - ont tout simplement tort. Le produit intérieur brut russe devrait chuter de 11,4% en 2022. Et la croissance de l'UE devrait progresser de 2,7%. De plus, l'inflation est élevée dans l'Union autour de 8%, mais elle est deux fois plus élevée en Russie. Donc il n'y a aucun doute sur le fait que les sanctions ont un impact important et qu'elles font sérieusement augmenter le coût de la guerre.

Euronews :

Pouvez-vous lister les secteurs où les sanctions fonctionnent et ceux où elles ne fonctionnent pas ?

Stefan Lehne :

Bien sûr. Je pense que le secteur le plus significatif actuellement est clairement le secteur technologique. Si vous regardez par exemple l'aviation, deux tiers des avions qui volent, des avions civils qui volent en Russie, sont d'origine étrangère, ce qui signifie qu'avec le manque de pièces de rechange, l'aviation sera très, très sévèrement touchée dans les mois à venir. L'ensemble de l'industrie automobile s'est plus ou moins effondré avec le retrait des entreprises occidentales, et le peu de voitures que la Russie produit ne dispose pas d'options essentielles, importantes, comme les airbags. C'est clairement un domaine où la Russie souffre très profondément. Les secteurs où les sanctions sont moins efficaces qu'attendu sont les sanctions financières. Je pense que grâce aux énormes bénéfices tirés de ses exportations d'énergie, le rouble est aussi élevé qu'avant la guerre et le budget dispose encore de surplus. Je pense que cela pourrait changer d'ici la fin de l'année lorsque les sanctions européennes contre 90% du pétrole russe seront appliquées. Je pense qu'à long terme à mesure que l'Occident réduira sa dépendance à l'égard de l'énergie russe, tout le modèle économique de la Russie de Vladimir Poutine sera sévèrement remis en question.