PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : les frappes russes entraîneront des déplacements de population, selon l'ONU

Des Ukrainiens trouvent refuge dans une station de métro
Des Ukrainiens trouvent refuge dans une station de métro Tous droits réservés AP Photo/Francisco Seco
Tous droits réservés AP Photo/Francisco Seco
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés prévient que les nouvelles attaques menées par la Russie provoqueront des déplacements internes en Ukraine.

PUBLICITÉ

Les dernières frappes russes sur l'Ukraine pourraient entraîner davantage de réfugiés et de déplacements internes, avertit le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

"Je dis clairement que ce qui s'est passé est inexcusable : le bombardement de cibles civiles, de maisons, d'infrastructures non-militaires, et ce de manière indiscriminée", dénonce Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

"Cela signifie que la guerre est de plus en plus dure pour les civils. Nous allons voir plus de déplacements, donc nous allons voir un impact humanitaire croissant."

Ses propos sont intervenus après une vague de frappes russes à travers l'Ukraine en représailles à l’explosion d’un camion qui a endommagé le pont qui relie la Russie à la Crimée, illégalement annexée.

Environ 7,6 millions de personnes ont quitté le pays depuis le début de l'invasion, et certaines sont rentrées chez elles depuis. 4,2 millions de personnes se sont inscrites pour bénéficier d'une protection temporaire dans l'UE ou d'autres programmes de protection, selon le HCR.

"C'est un chiffre énorme. En Ukraine, nous avons entre six et sept millions de personnes déplacées", précise Filipo Grandi.

"La difficulté est l'absence de solution. Parce que l'aide humanitaire peut toujours être activée, mais il est difficile de la maintenir sur le long terme s'il n'y a pas de solution, s'il n'y a même pas de perspective de solution".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bruxelles : le premier ministre palestinien a rencontré les partenaires internationaux

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes

Macron entame la première visite d'État d'un président français en Allemagne depuis 24 ans