"Il n’y a pas d'immunité pour les crimes internationaux"

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le procureur de la CPI Karim Khan
Le procureur de la CPI Karim Khan   -   Tous droits réservés  ICC

Le président russe, Vladimir Poutine, n'est pas à l'abri de poursuites pour crime de guerre, si les preuves pointent vers lui. Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, estime que la fonction n'empêche pas d'échapper à la justice internationale.

"La position officielle d'un individu en tant que général, que président ou que Premier ministre n'est pas un motif d'immunité. Il n'y a pas d'immunité pour les crimes internationaux", insiste le procureur.

La Russie de Vladimir Poutine est accusée de crime de guerre en Ukraine à travers des bombardements aveugles, des viols, des meurtres et des actes de torture commis contre des civils. Le procureur de la CPI assure que ces faits sont inacceptables s'ils s'avèrent véridiques.

"Vous ne pouvez pas délibérément, intentionnellement, viser des objectifs civils, des écoles, des hôpitaux, des lieux de résidence à moins qu'ils soient employés pour obtenir un avantage militaire significatif", insiste Karim Khan.

Le procureur assure d’ailleurs que le droit international est plus important que jamais compte tenu de la situation actuelle en Ukraine.

"Je pense que le droit a un rôle à jouer. Il ne va pas régler tous les problèmes du monde mais nous devons nous assurer qu'il paraisse pertinent dans les moments critiques que nous traversons", explique le procureur.

Karim Khan et son équipe peuvent compter sur l'aide de six pays membres de l'UE, sous l'égide d'Eurojust, l'organisme européen de coopération judiciaire.