L’OTAN veut ajuster son effort aux besoins militaires de l’Ukraine

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg
Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg Tous droits réservés AP Photo/Olivier Matthys
Tous droits réservés AP Photo/Olivier Matthys
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres de la Défense de l’Alliance se retrouvent mercredi et jeudi à Bruxelles. Les Alliés doivent évoquer le déploiement de systèmes de défense aérienne en Ukraine et travailler sur la reconstitution des stocks d’armes.

PUBLICITÉ

Comment augmenter les livraisons d'armes à l'Ukraine ? C'est la question prioritaire pour les ministres de la Défense de l'OTAN qui se réunissent mercredi et jeudi à Bruxelles. Les Alliés veulent concentrer leurs efforts sur les systèmes de défense aérienne après les dernières attaques russes contre des civils et des infrastructures énergétiques critiques.

L'Allemagne a répondu à cette demande. Elle est le premier pays européen à avoir envoyé ce type de dispositif.

"Le système de défense aérienne de pointe IRIS-T a été livré par l'Allemagne à l'Ukraine et il est arrivé sur place, c'est un soutien très important pour l'Ukraine dans la lutte contre les tirs de roquettes, contre cette terreur qui s'exerce contre la population", précise la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht.

Les Alliés doivent aussi se pencher sur la reconstitution des stocks d'armes car l'OTAN a puisé dans ses réserves pour soutenir l'Ukraine.

Concernant la menace nucléaire évoquée par la Russie, le secrétaire général de l'Alliance estime qu'il n'y a pas pour le moment de mouvement inquiétant.

"Cela aurait de graves conséquences pour la Russie. La Russie sait que la guerre nucléaire ne peut être gagnée, ne doit jamais être menée. Et nous surveillons bien sûr avec grande attention la posture nucléaire russe. Nous n'avons pas de vu de changement dans la posture nucléaire de la Russie, mais nous restons vigilants", explique Jens Stoltenberg.

Il demande aussi au Bélarus de ne plus être complice de la Russie. Minsk a annoncé en début de semaine que le pays allait accueillir très prochainement des milliers de soldats russes pour des exercices militaires. Des propos et des mouvements qui représentent une nouvelle menace pour l'Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Frappes russes contre l'Ukraine : le G7 met en garde Vladimir Poutine

L'Ukraine et la Russie échangent des attaques de drones

Le Premier ministre slovaque, blessé par balles, ne se trouve plus dans un état critique (hôpital)