Scandale au Parlement européen : l’étau se resserre sur Eva Kaili

Access to the comments Discussion
Par Grégoire Lory
L'eurodéputée Eva Kaili est l'une des figures du scandale de corruption au Parlement européen
L'eurodéputée Eva Kaili est l'une des figures du scandale de corruption au Parlement européen   -   Tous droits réservés  HONS / European Union 2022

Les aveux tombent les uns après les autres dans le scandale de corruption au Parlement européen. Eva Kaili, vice-présidente déchue de l'institution, reconnaîtrait avoir demandé à son père de cacher de l'argent. L'homme sera finalement intercepté par la police avec une valise pleine de billets alors qu'il sortait de son hôtel dans le quartier européen.

Toujours selon le quotidien belge Le Soir, l'eurodéputée aurait avoué que des sacs de billets ont bien transité dans son appartement par l'entremise de son compagnon, Francesco Giorgi, et de l'ancien eurodéputé, Pier Antonio Panzeri.

Ce dernier serait, selon les derniers éléments de l'enquête, la tête de pont de cette organisation criminelle accusée de corruption et de blanchiment d'argent. Il aurait reconnu lui aussi au cours d'une audition sa responsabilité mais il accuse un autre eurodéputé d'avoir bénéficié de cadeaux.

La justice italienne a autorisé de son côté l'extradition de la femme de Pier Antonio Panzeri qui aurait eu certains des présents entre ses mains. Mais l'avocat de l'épouse explique que sa cliente rejette ces accusations.

"Elle nie tout, tout simplement", insiste Angelo De Riso.

Pier Antonio Panzeri a fondé en 2019 l'ONG Fight Impunity dont il se serait servi pour monter son réseau criminel et d'ingérence au profit, semble-t-il, du Qatar et du Maroc.

Sur le papier l'association apparaissait respectable et jusqu’à récemment respectée. Elle comptait dans son conseil d'administration comme membres honoraires : deux anciens Commissaires européens, un ancien Premier ministre français ou encore l'ancienne cheffe de la diplomatie européenne, aucun d'eux ne sont soupçonnés dans cette affaire.

Les 20 perquisitions menées ont permis de saisir 1,5 million d'euros en cash aux domiciles des accusés ou auprès de leurs proches. Eva Kaili comparaitra jeudi devant la justice belge.