"L'Italie veut jouer un rôle plus actif en Europe en matière de migration"

Giorgia Meloni, présidente du Conseil italien et Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne
Giorgia Meloni, présidente du Conseil italien et Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne Tous droits réservés Vincenzo Pinto / AFP
Par Méabh Mc MahonYolaine de Kerchove (traduction)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et la première ministre italienne d'extrême droite, Giorgia Meloni, se sont rencontrées à Rome. Elles ont discuté notamment des migrations en Europe.

PUBLICITÉ

Les migrations et l'économie sont les deux grands thèmes abordés ce lundi à Rome lors de la rencontre entre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et la première ministre italienne d'extrême droite, Giorgia Meloni.

L'une des grandes priorités de l'Italie est de faire en sorte que le pacte sur les migrations figure en tête de l'ordre du jour européen, d'une manière qui convienne mieux à son pays.

L'Italie a introduit un code de conduite pour les navires des ONG opérant en mer Méditerranée et souhaite une répartition plus équitable des migrants sur le continent.

Giorgia Meloni est déterminée, quel que soit le défi et la division politique du sujet - selon notre correspondant à Rome.

"L'Italie veut jouer un rôle plus actif en Europe en matière de migration en réussissant là où d'autres gouvernements ont échoué. En d'autres termes, l'Italie veut qu'on se souvienne d'elle comme du pays qui a réussi à changer les choses une fois pour toutes", explique Giorgia Orlandi, correspondante d'Euronews à Rome.

Autre sujet sur la table : le fonds de relance européen de l'Italie. Rome veut introduire des amendements au paquet qui a été signé par son prédécesseur Mario Draghi afin de faire face aux défis économiques que la guerre en Ukraine a causés. En jeu : plus de 191 milliards d'euros.

"Le gouvernement italien a proposé une révision globale de la gouvernance du plan, en d'autres termes, de la manière dont le plan est géré ici à Rome. Mais pour ce faire, le gouvernement italien doit demander l'autorisation de la Commission européenne et c'est quelque chose dont la Première ministre Giorgia Meloni et la présidente de la Commission européenne ont discuté", ajoute Giorgia Orlandi, correspondante d'Euronews Rome. 

Pendant son séjour dans la capitale italienne, la présidente de la Commission européenne a également rendu hommage au président du Parlement européen, David Sassoli, décédé l'année dernière à la même époque.

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Cour de cassation confirme le refus d’extrader dix militants italiens d’extrême gauche

Paris et Berlin célèbrent les 60 ans du traité de l'Élysée

L'UE s'efforce de limiter les débordements du conflit israélo-iranien