EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Etat de l'Union: "ensemble, nous devrions gagner" d'après Petro Poroshenko

Le chancelier allemand Olaf Scholz se tient avec des soldats de l'armée allemande Bundeswehr devant un char de combat principal "Leopard 2" lors d'un exercice d'entraînement e
Le chancelier allemand Olaf Scholz se tient avec des soldats de l'armée allemande Bundeswehr devant un char de combat principal "Leopard 2" lors d'un exercice d'entraînement e Tous droits réservés Moritz Frankenberg/(c) Copyright 2022, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Tous droits réservés Moritz Frankenberg/(c) Copyright 2022, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Par Stefan Grobe
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les lignes de front sont aujourd'hui figées en Ukraine. L'Allemagne a décidé de livrer ses propres chars Leopard 2 à Kiev. Pour l'ancien président de l'Ukraine, cette décision d'envoyer ces chars permettra de changer le rapport de force sur le champ de bataille.

PUBLICITÉ

En Ukraine, les lignes de front sont figées depuis un certain temps. Les experts s'y attendaient, car les rudes conditions hivernales rendent difficiles les grands mouvements de troupes.

Mais on s'attend également à ce que la Russie prépare une nouvelle offensive. C'est là qu'intervient le débat sur les chars occidentaux ultramodernes pour l'Ukraine.

Après une pression constante de la part de ses partenaires européens et de l'opposition intérieure, l'Allemagne a décidé de livrer ses propres chars Leopard 2 à Kiev et a donné son feu vert à tous les pays qui souhaitent en faire autant.

Est-ce trop tard ? Le nouveau ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a déclaré : "Je n'ai aucune indication que cela pourrait être trop tard. Nous livrerons les Léopards d'ici fin mars, et d'après ce que je sais, c'est assez tôt".

La décision a été prise par le chancelier allemand Olaf Scholz en personne.

La raison pour laquelle il lui a fallu si longtemps a fait l'objet d'intenses spéculations. L'opinion dominante était que Scholz avait besoin de temps pour mettre une opinion publique sceptique au diapason de sa politique.

Dans une interview, Olaf Scholz a vivement rejeté les considérations de politique intérieure.

Le chancelier allemand a agi en étroite collaboration avec les Etats-Unis. Washington estime que le fait d'armer l'Ukraine avec des armes ultramodernes pourrait constituer un tournant important dans la guerre.

_"Les Etats-Unis vont livrer 31 chars Abrams à l'Ukraine, soit l'équivalent d'un bataillon ukrainien. Le Pentagone a recommandé cela pour que l'Ukraine puisse défendre son territoire et atteindre ses objectifs stratégiques",_a annoncé le président américain, Joe Biden.

Qu'en pense l'Ukraine ? Cette dernière série d'armements, est-elle considérée comme une étape importante ? Les Ukrainiens,la jugent-ils suffisante ?

"Les chars Léopard ne vont pas changer la donne"

À ce sujet, Euronews a interviewé l'ancien président de l'Ukraine, Petro Poroshenko, qui a dirigé le pays de 2014 à 2019.

Euronews : l'Allemagne et d'autres pays ont annoncé la livraison de chars Leopard. Cela, va-t-il changer la situation sur le champ de bataille ?

Poroshenko : "je pense que cela va améliorer la situation. Définitivement. Cela dépend bien sûr du nombre de chars, s'il s'agit d'une compagnie de chars ou de plusieurs brigades de chars. Ce sont des choses différentes. Mais la livraison n'est plus un game changer. Pour cela, la livraison aurait dû avoir lieu il y a six mois, lorsque la Russie était plus faible qu'aujourd'hui. Avec les véhicules blindés d'infanterie et les systèmes de défense aérienne, cela aurait changé la donne."

Euronews : nous approchons du premier anniversaire de l'invasion russe. Allons-nous vivre une autre année de guerre ? Quand la guerre pourrait-elle prendre fin ?

Poroshenko : "dès le début, les partenaires occidentaux ont dit qu'ils aideraient l'Ukraine à survivre. Maintenant, on dit que l'Ukraine doit gagner. Ils voient la différence. Mais qu'est-ce que cela signifie, une victoire ? Pour certains, c'est une victoire quand le drapeau ukrainien flotte sur le Kremlin. Pour d'autres, c'est quand le drapeau ukrainien flotte dans le Donbass et en Crimée. Mon idée de la victoire, c'est quand nous avons une architecture de sécurité durable en Europe, où aucun pays européen n'a à craindre d'être attaqué par ce fou de Poutine."

Euronews : en tant que président, vous avez négocié les accords de Minsk avec Poutine. Dois-je comprendre que vous excluez aujourd'hui toute négociation avec Poutine ?

Porochenko : "Non. Mais nous devrions avoir un négociateur très professionnel, formidable, un diplomate remarquable face à Poutine. Et j'ai ce négociateur et ce diplomate. Vous le connaissez ?"

Euronews : non. Qui est-ce ?

PUBLICITÉ

Poroshenko :"Surprise. C'est l'armée ukrainienne".

Journaliste • Laura Vandormael

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chars en Ukraine : le tournant du conflit ?

Chars Leopard : Kyiv se réjouit, Moscou estime leur apport "surévalué"

Quels sont les atouts du char Leopard 2, réclamé par l’Ukraine ?