L'UE a approuvé l'allocation de 2 milliards d'euros pour fournir des munitions à l'Ukraine

Les États membres de l'UE fourniront au moins un million d'obus de 155 mm à l'Ukraine.
Les États membres de l'UE fourniront au moins un million d'obus de 155 mm à l'Ukraine. Tous droits réservés AP Photo/Libkos
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l'Union européenne ont approuvé ce lundi un plan de 2 milliards d'euros visant à accroître les livraisons de munitions à l'Ukraine, notamment par le biais d'achats communs.

PUBLICITÉ

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l'Union européenne ont approuvé ce lundi un plan de 2 milliards d'euros pour acheter et livrer des munitions à l'Ukraine, notamment par le biais d'achats communs.

_"C'est une bonne journée. Nous sommes parvenus à un accord politique pour l'envoi à l'Ukraine d'un million d'obus de 155 mm. Il reste de nombreux détails à régler",_a déclaré lundi Hanno Pevkur, ministre estonien de la Défense. "S'il y a une volonté, il y a un moyen", a-t-il ajouté.

Les ministres de l'UE ont soutenu une proposition en trois phases dévoilée quelques semaines plus tôt par le plus haut diplomate de l'Union, Josep Borrell, qui prévoit que les États membres s'engagent à fournir un milliard d'euros de munitions provenant de leurs stocks restants, mais qui s'épuisent rapidement, dans le cadre du premier volet, puis à passer des commandes conjointes pour un milliard d'euros supplémentaires dans le cadre du deuxième volet.

"Plus de munitions d'artillerie pour l'Ukraine aussi vite que possible. C'était l'objectif principal du Conseil des affaires étrangères de l'UE d'aujourd'hui", a souligné le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba dans un message sur Twitter.

L'Ukraine a besoin d'environ 1 million de munitions, principalement de 155 mm, au cours de l'année prochaine.

L'argent sera déboursé par l'intermédiaire de la Facilité européenne pour la paix (EPF), un fonds intergouvernemental hors budget dans lequel les États membres peuvent puiser pour se faire rembourser une partie de ce qu'ils fournissent à l'Ukraine.

Force majeure

L'achat en commun est considéré comme le meilleur moyen de stimuler la production à court terme et d'accroître la capacité à long terme de l'industrie européenne de la défense. 

Actuellement, deux modes d'achat en commun sont envisagés.

La première passe par l'Agence européenne de défense (AED), qui accélèreraitles commandes de munitions de 155 mmen les qualifiant de "cas de force majeure". Cela lui permettrait d'entamer des négociations avec l'industrie sans passer d'abord par un appel d'offres.

Quinze États membres se sont déjà engagés à passer par l'AED, a déclaré M. Borrell lundi.

La deuxième option envisagée consiste à effectuer des achats communs par l'intermédiaire de consortiums d'États membres composés d'au moins trois pays, l'un d'entre eux menant les négociations. L'Allemagne a déjà indiqué qu'elle ouvrirait ses projets d'achat à d'autres États membres.

Un fonctionnaire européen proche des négociations a insisté la semaine dernière sur le fait que les deux systèmes pourraient être complémentaires.

"Ce que nous voulons, c'est réaliser des économies d'échelle afin d'être en meilleure position pour négocier avec l'industrie. Si 20 États membres achètent séparément, la négociation ne sera pas bonne pour eux lorsqu'ils devront faire face à l'industrie".

"C'est pourquoi nous voulons une demande massive. Nous pensons donc que si au moins trois États membres travaillent ensemble et si un État membre joue le rôle de leader, en tant que nation, pour acheter au nom de ces trois États membres au moins, je pense que c'est mieux", a déclaré le fonctionnaire.

Un calendrier très ambitieux

Il est toutefois difficile de savoir quelle quantité de munitions les pays de l'UE peuvent fournir à l'Ukraine dans les mois à venir à partir de leurs propres stocks et si l'industrie de l'Union peut produire le reste dans les délais impartis.

L'AED serait en passe de passer les premières commandes conjointes d'ici la fin du mois de mai, selon un fonctionnaire, qui a qualifié ce délai de "très ambitieux, mais en même temps réaliste".

Le délai de livraison moyen est actuellement d'un peu plus de 12 mois, mais on espère qu'en passant des commandes importantes, l'industrie pourra s'élever et réduire ce délai de manière significative.

La Commission européenne a précédemment estimé que la capacité de production pourrait augmenter d'au moins 17 % en un an.

PUBLICITÉ

Les fonctionnaires de l'UE insistent sur le fait que l'Union est bien placée, avec 15 entreprises réparties dans 11 États membres et capables de produire les munitions de type soviétique et occidental dont l'Ukraine a besoin.

Interrogé sur la capacité de l'UE à répondre aux demandes de l'Ukraine, M. Borrell s'est également montré optimiste lundi, déclarant aux journalistes : "Je suis confiant, certainement parce que je ne suis pas un optimiste. Je suis un activiste".

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Londres va fournir à Kyiv des missiles de longue portée

Prolongation de l'accord sur les céréales ukrainiennes, mais incertitudes sur la durée

Ukraine: la CPI émet un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine