Les algues, des protéines à faible teneur en carbone, mais l'UE traîne dans leur production

L'algue est considérée comme une source de protéines en faible teneur carbone
L'algue est considérée comme une source de protéines en faible teneur carbone Tous droits réservés Ocean/euronews
Tous droits réservés Ocean/euronews
Par Isabel Marques da Silva
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'aquaculture est considérée comme un élément clé pour atténuer les défis auxquels est confronté le secteur traditionnel de la pêche.

PUBLICITÉ

L'aquaculture ne représente que 20 % de la consommation de produits de la mer de l'Union européenne, ce qui est nettement inférieur à la moyenne mondiale de 50 %.

Ce secteur est considéré comme essentiel pour atténuer les défis auxquels est confrontée l'industrie de la pêche traditionnelle, qui repose sur la capture d'espèces sauvages.

"Nous devons rechercher des exemples de réussite d'utilisations économiques alternatives de la mer que nous pouvons étendre et partager dans les zones côtières européennes et créer de nouveaux emplois de résilience", a récemment affirmé le commissaire européen à l'environnement, Virginijus Sinkevičius

"Dépendre uniquement de la pêche et du tourisme est très risqué pour l'économie bleue. Nous l'avons vu avec la pandémie de COVID-19, qui a été un grand coup pour ces secteurs, qui ont été essentiellement fermés et les gens se sont retrouvés sans revenus. La même chose s'est produite avec l'agression russe en Ukraine, qui a eu un impact énorme sur les prix du diesel utilisé par les bateaux. Ce fut à nouveau une période très difficile pour le secteur de la pêche, qui a dû faire face à des coûts d'exploitation croissants", a déclaré Mr Sinkevičius.

La Commission européenne a présenté, en février dernier, un ensemble de mesures visant à améliorer la durabilité et la résilience du secteur de la pêche et de l'aquaculture de l'UE, et le Parlement européen prépare également un rapport sur les dix dernières années de la politique commune de la pêche.

Pierre Karleskind, président de la commission de la pêche au Parlement européen, défend une approche équilibrée entre les usages économiques et la protection de la biodiversité.

"Nous sommes intéressés par cette idée de planification maritime, où l'on peut dire qu'à tel endroit on peut pêcher, qu'à tel autre on doit protéger les écosystèmes, ou qu'à tel autre endroit on peut aussi développer l'aquaculture. Il y a de la place pour tout le monde, il faut juste se mettre autour de la table, travailler avec les chercheurs et faire avancer tout le monde, y compris les pêcheurs, dans la bonne direction", a déclaré l'eurodéputé libéral français à Euronews.

Le potentiel des algues

Le rapport sur l'économie bleue de l'UE 2023, lancé la semaine dernière, indique que les algues sont la clé de cette nouvelle approche, générant un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en France, en Espagne et au Portugal, où elles se développent rapidement.

Dans le monde entier, les algues sont principalement cultivées et plus de 97 % de la production totale provient d'Asie, la production chinoise représentant 57 % du total. L'UE importe la majeure partie de ce qu'elle utilise dans diverses industries, de l'alimentation aux produits pharmaceutiques et cosmétiques, et maintenant même dans le textile. Les stocks sauvages ont également fait l'objet d'une certaine exploitation et les systèmes d'aquaculture sont de plus en plus répandus.

"L'Europe importe actuellement pour environ 600 millions d'euros par an de produits à base d'algues et l'objectif est d'inverser cette activité. Il y a actuellement environ 80 entreprises engagées dans l'aquaculture des algues, réparties dans plusieurs pays de l'Union européenne, avec une production principalement axée sur quatre types d'algues qui permettent à ce secteur de se développer à la fois dans le nord et le sud de l'Europe", a déclaré Helena Abreu, vice-présidente de "l'International Seaweed Association", à Euronews.

Mais il reste encore beaucoup à faire pour faciliter l'accès à l'espace marin, afin d'identifier les meilleurs emplacements pour ces fermes, ainsi que des mécanismes pour soutenir le transfert de technologie de la recherche vers le marché, mais aussi pour sensibiliser le public en créant des stratégies d'information et de marketing. Les professionnels appellent maintenant à une meilleure réglementation de cette protéine à faible teneur en carbone.

"Sur le plan réglementaire, nous voulons une concurrence loyale, nous voulons que les règles soient les mêmes pour tous. L'Europe peut fournir ce cadre, tout d'abord. Nous voulons un accès facile à la mer ou à l'eau de mer, que ce soit sur terre ou en mer, et encourager la création d'entreprises", a affirmé à Euronews, Jean-Baptiste Wallaert, président de l'Union française pour les algues et les plantes marines.

"Nous souhaitons que la liste des algues utilisables soit un peu plus longue : en Bretagne, nous avons 700 espèces d'algues, mais pour la consommation humaine, nous n'avons que 40 espèces autorisées", a-t-il ajouté.

La Commission européenne a déjà promis de mettre en place des actions pour soutenir ce secteur, notamment en "finançant des projets pilotes de réorientation professionnelle et en soutenant les PME et les projets innovants dans le secteur des algues" et en "menant des études et des débats pour mieux comprendre le rôle des algues" dans la production économique durable et les stratégies de lutte contre le changement climatique.

Journaliste • Isabel Marques da Silva

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des scientifiques belges étudient les algues pour assurer l'alimentation de demain

La culture durable des algues, une production alimentaire alternative

Espagne : manifestation monstre à Madrid pour défendre le système de santé public