PUBLICITÉ

La Commission européenne demande une rallonge budgétaire pour l’UE

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, explique pourquoi une rallonge budgétaire est nécessaire pour l'UE
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, explique pourquoi une rallonge budgétaire est nécessaire pour l'UE Tous droits réservés KENZO TRIBOUILLARD/AFP or licensors
Tous droits réservés KENZO TRIBOUILLARD/AFP or licensors
Par Stefan Grobe
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L’institution estime que plusieurs dizaines de milliards d’euros sont nécessaires pour l’Ukraine, la politique migratoire et la compétitivité de l’UE.

PUBLICITÉ

La Commission européenne souhaite plusieurs dizaines de milliards d'euros supplémentaires pour le budget de l'UE. Pour l'Ukraine seule, l'institution demande aux Etats membres 50 milliards d'euros pour les quatre prochaines années.

Cette rallonge est requise afin de combler les écarts budgétaires provoqués par la pandémie de Covid-19, la flambée de l'inflation ou encore la guerre.

Avant de lancer cet appel mardi, le Commissaire européen en charge du Budget dit avoir consulté les capitales.

"Mon message aux Premiers ministres et aux ministres des Finances était clair : si nous voulons être un acteur politique et économique sérieux au niveau mondial, nous avons besoin de plus de ressources", précise Johannes Hahn.

La priorité pour la Commission reste l'Ukraine. L'institution veut pouvoir apporter un soutien financier afin d'équilibrer le budget ukrainien jusqu'en 2027. Mais cette enveloppe supplémentaire doit aussi permettre de lancer les efforts de reconstruction.

La Commission demande aussi 15 milliards d'euros pour la politique migratoire, autrement dit une rallonge afin que les pays tiers continuent d'accueillir ou de rapatrier les candidats à l'asile.

Avant même l'annonce officielle de l'institution, certains Etats membres comme l'Allemagne et les Pays-Bas, ont fait part de leurs réserves et refusent de payer pour autre chose qu'un soutien à l'Ukraine.

Les eurodéputés s'attendent à des discussions difficiles.

"Il s'agit d'une négociation. Nous avons besoin d'argent frais parce qu'il y a de nouvelles initiatives. (...) C'est notre défi, cela signifie que nous devons négocier", répond l’eurodéputée Margarida Marques (S&D).

La Commission espère parvenir à un accord d'ici le mois de novembre avec les Etats membres et le Parlement européen. Le calendrier paraît optimiste au regard des années nécessaires, en général, aux 27 pour conclure les discussions budgétaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le groupe ID du Parlement européen (extrême droite) exclut le parti allemand AfD

Le fabricant d'Oreo Mondelez va devoir payer une amende de 337,5 millions d'euros

Ilaria Salis va sortir de prison