EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La loi sur la restauration de la nature survit à un vote à couteaux tirés au Parlement européen

Le Parlement européen valide la loi sur la restauration de la nature
Le Parlement européen valide la loi sur la restauration de la nature Tous droits réservés Mathieu CUGNOT/ European Union 2023 - Source : EP
Tous droits réservés Mathieu CUGNOT/ European Union 2023 - Source : EP
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La loi sur la restauration de la nature a survécu à un vote au Parlement européen, mais seulement par une marge étroite.

PUBLICITÉ

La session de mercredi, qui a été suivie de près, s'est soldée par 336 votes en faveur de la loi modifiée, 300 contre et 13 abstentions, ce qui a provoqué des applaudissements nourris dans les rangs de la gauche.

Une motion visant à rejeter la législation dans son intégralité, ce qui aurait porté un coup au Pacte vert, n'a pas réussi à obtenir suffisamment de soutien pour être adoptée.

Ce résultat signifie que le Parlement européen pourra entamer des négociations avec les États membres, qui ont déjà établi une position commune sur le dossier, afin d'affiner les dispositions et de rédiger un texte de compromis qui pourrait ensuite être approuvé par les deux colégislateurs.

Les négociations à venir, dont le succès n'est nullement garanti, devraient être longues et conflictuelles en raison de la controverse qui entoure depuis des mois la loi sur la restauration de la nature, une proposition qui vise à réhabiliter au moins 20 % des écosystèmes dégradés d'Europe d'ici à 2030.

Le règlement fixe des objectifs contraignants dans sept domaines d'action, tels que les terres agricoles, les tourbières, les pollinisateurs et les fonds marins, dans le but d'inverser les dommages environnementaux causés par l'activité humaine et le changement climatique.

Présentée pour la première fois par la Commission européenne en juin 2022, elle a gagné en importance après l'accord historique sur la biodiversité conclu lors de la COP15 en décembre.

Mais ces derniers mois, la loi est devenue la cible d'une campagne d'opposition de la part des partis de droite, en particulier du Parti populaire européen (PPE), la plus grande formation du Parlement.

Le PPE a déclaré à plusieurs reprises que la loi, dans sa forme actuelle, menacerait les moyens de subsistance traditionnels des agriculteurs et des pêcheurs européens, perturberait les chaînes d'approvisionnement établies de longue date, réduirait la production alimentaire, augmenterait les prix pour les consommateurs et ferait même disparaître des zones urbaines pour faire place à des espaces verts.

Ces affirmations ont été largement contestées par les groupes de gauche, la Commission européenne, des dizaines d'ONG, des milliers de climatologues, l'industrie des énergies renouvelables et de grandes entreprises comme IKEA, H&M, Iberdrola, Unilever, Nestlé et Danone, qui insistent toutes sur le fait que la restauration de la nature est parfaitement compatible avec l'activité humaine et essentielle pour garantir la viabilité des sols européens.

La campagne incessante du PPE sur les médias sociaux, qui a introduit la semaine dernière une affirmation concernant le Père Noël, a été qualifiée de "tactique sale" et de "désinformation" par les organisations de défense de l'environnement.

Le différend a effectivement divisé le Parlement européen en deux factions apparemment irréconciliables. Le débat politique est apparu clairement lors d'une discussion tendue mardi et a été une fois de plus mis en évidence par le vote très serréde mercredi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vivre coupé des réseaux peut être séduisant, mais aussi dangereux si on n'y est pas préparé

"L'Europe est mortelle" répète Gabriel Attal à un meeting de soutien à Valérie Hayer

Enquête sur l'influence russe : perquisition au Parlement européen, un collaborateur suspecté