EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Vivre coupé des réseaux peut être séduisant, mais aussi dangereux si on n'y est pas préparé

Sally et Robert McCracken se détendent dans leur camping Tentrr à Sand Lake, dans l'État de New York.
Sally et Robert McCracken se détendent dans leur camping Tentrr à Sand Lake, dans l'État de New York. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Ruth Wright avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Il a été rapporté que la famille avait regardé des tutoriels sur YouTube pour se préparer à vivre dans la nature.

PUBLICITÉ

Au début du mois, un randonneur solitaire près du camping de Gold Creek a fait la découverte des corps de Rebecca Vance, 42 ans, de son fils de 14 ans et de sa sœur, Christine Vance, 41 ans, tous résidents de Colorado Springs.

Les restes momifiés d'une famille qui tentait de vivre hors réseau ont été découverts en juillet dans la forêt nationale de Gunnison, au Colorado. Selon NBC News, la famille ne se serait appuyée que sur des vidéos YouTube.

C'est une triste leçon sur les dangers d'une vie sauvage non préparée.

La pandémie a inspiré un mode de vie hors réseau

Selon sa demi-sœur Trevala Jara, Rebecca Vance s'est inquiétée de l'état du monde pendant la pandémie de COVID-19. Elle a donc décidé d'emmener son fils vivre dans la nature.

La famille s'est appuyée uniquement sur des recherches en ligne et des vidéos YouTube pour se préparer à leur nouvelle vie, bien que les membres de la famille aient essayé de les arrêter et de souligner leur manque d'expérience en matière de survie.

Convaincue que sa présence pourrait les aider à rester en vie, Christine, la sœur de Rebecca, a décidé de rejoindre sa sœur et son neveu.

Jara a proposé de laisser le groupe tester sa préparation dans la propriété de montagne qu'elle et son mari possédaient, mais les sœurs ont insisté sur le fait qu'elles s'en sortiraient.

Un SMS envoyé vers la fin de l'année 2020 a été la dernière communication avec le groupe avant que le randonneur susmentionné ne tombe sur un corps à l'extérieur d'une tente zippée, et sur deux autres à l'intérieur.

Un abri adéquat est essentiel

Selon les enquêteurs, la famille avait apparemment commencé à construire un abri de type "appentis", mais ne l'avait pas achevé avant l'arrivée de l'hiver. Il semble évident que la tente était leur seule forme d'abri pendant l'un des hivers les plus rudes du Colorado.

Alors que l'Internet glorifie souvent l'idée de la survie hors réseau, la réalité est tout autre. Les experts en survie hors réseau suggèrent de s'assurer d'un logement stable, d'un générateur et d'une bouteille de propane. Des fournitures abondantes sont également essentielles à la survie. Cette famille ne disposait d'aucun de ces éléments.

"Ils avaient beaucoup de documentation sur la survie en plein air et la recherche de nourriture, mais on aurait dit qu'ils s'étaient approvisionnés dans une épicerie", a expliqué Michael Barnes, coroner du comté de Gunnison, qui a déterminé que cette malheureuse famille était morte d'avoir été exposée aux éléments.

Le ravitaillement et les techniques de survie sont essentiels à la survie hors réseau

Cet incident tragique met en évidence les dangers de tenter de vivre hors réseau sans une préparation et des compétences de survie adéquates. Quel que soit le climat, il est essentiel pour la survie de se procurer un abri adéquat avant de partir.

"Il est déjà difficile de passer l'hiver à haute altitude dans une cabane confortable avec un gros tas de bois, de l'électricité, des provisions et un camion. Ces pauvres gens n'avaient aucune idée de ce qui les attendait".

Regarder une vidéo en ligne n'est pas la même chose que de construire soi-même un abri sûr et chaud. Les médias sociaux et les tutoriels vidéo donnent l'impression que ce mode de vie est facile et gérable. Mais il est essentiel de se rappeler que la personne qui construit une belle cabane confortable possède une expérience considérable. Il se peut aussi que l'abri qu'il construit se trouve dans un climat tempéré avec des hivers doux.

Une personne compatissante a fait le commentaire suivant : "il est déjà assez difficile de passer l'hiver à haute altitude dans une cabane confortable avec un gros tas de bois, de l'électricité, des provisions et un camion. Ces pauvres gens n'avaient aucune idée de ce qui les attendait".

Un autre a ajouté : "c'est tellement triste. Les gens qui n'ont pas grandi dans la nature n'ont aucune idée de la difficulté qu'il y a à survivre. À l'époque, les pionniers ne vivaient que de la terre parce que le gibier, le poisson et la nourriture étaient beaucoup plus abondants et faciles à obtenir dans la nature, et c'était quand même difficile."

PUBLICITÉ

La nourriture sauvage n'est plus aussi répandue qu'avant, mais même si c'était le cas, à moins de savoir chasser, il n'est pas possible de prendre un fusil et d'attraper un cerf. Il est intéressant de noter qu'aucune arme à feu ou autre n'a été trouvée sur le site du camping. La famille n'avait donc manifestement pas l'intention de rejoindre les 35,8 millions de pêcheurs à la ligne ou les 11,5 millions de chasseurs que comptent les États-Unis pour chasser leur propre nourriture.

Même s'ils avaient eu l'intention de chasser, cela aurait nécessité des connaissances, de la pratique et un équipement adéquat.

Selon l'Association of Fish and Wildlife Agencies, les chasseurs dépensent chaque année plus de 7 milliards de dollars (6,7 milliards d'euros) en équipement pour les armes à feu, les munitions, le matériel de tir à l'arc, les optiques, les leurres, les appeaux et d'autres équipements essentiels, et 630 millions de dollars (601 millions d'euros) pour les vêtements. En 2016, le chasseur moyen a dépensé 2 363 dollars (2 256 euros) pour des articles tels que les vêtements et l'équipement.

Quelles sont les compétences nécessaires pour vivre hors réseau ?

Idéalement, les gens ne devraient pas se laisser influencer par les médias sociaux. Ils devraient faire des recherches indépendantes et se préparer à ce mode de vie nouveau et stimulant avant de s'y engager.

PUBLICITÉ

Apprendre à s'habiller correctement et à éviter les tiques lors de randonnées dans des zones riches en tiques pour prévenir les maladies, par exemple, est une compétence dont ils ont besoin avant de partir dans la nature.

Cette horrible découverte montre à quel point il est essentiel de se préparer avant d'essayer de vivre hors réseau.

Il est essentiel de comprendre le climat et l'environnement dans lesquels vous vous rendez, et de vous assurer que vous avez un abri, du carburant, de la nourriture et de l'eau. Apprendre à chercher sa nourriture est une idée brillante, mais il faut d'abord apprendre à le faire dans un endroit chaud et sûr. Ils doivent être bien approvisionnés avant de se lancer dans l'aventure et acquérir des compétences supplémentaires au cas où la nourriture obtenue par la cueillette ou la chasse viendrait à manquer.

Il existe d'autres moyens d'améliorer la préparation et l'autonomie sans s'éloigner complètement de la civilisation. Apprenez à cueillir des mûres et à faire beaucoup de confiture de mûres à l'automne pour l'hiver et le printemps. Rejoignez les 13 % de ménages américains qui élèvent des poulets pour les œufs ou la viande.

PUBLICITÉ

Apprenez à fabriquer de l'engrais biologique pour ces produits cultivés à la maison. Installer des panneaux solaires, améliorer la propriété existante et commencer à être plus autonome à la maison, là où il y a un filet de sécurité.

Un filet de sécurité qui aurait pu éviter que trois vies ne soient tragiquement interrompues.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"La nature nous surprend" : des scientifiques brésiliens redécouvrent un arbre que l'on croyait disparu depuis près de 200 ans

La loi sur la restauration de la nature survit à un vote à couteaux tirés au Parlement européen

Le temps du tout voiture est révolu : comment Paris encourage-t-elle la marche et le vélo ?