PUBLICITÉ

L’UE va lever ses restrictions sur les produits japonais venus de Fukushima

Les responsables européens et japonais se sont retrouvés pour un sommet à Bruxelles
Les responsables européens et japonais se sont retrouvés pour un sommet à Bruxelles Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Christopher Pitchers
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’UE et le Japon se sont retrouvés jeudi à Bruxelles pour un sommet. Les deux partenaires veulent aussi renforcer leur coopération pour répondre à l’influence croissante de la Chine.

PUBLICITÉ

L'Union européenne va lever ses restrictions sur les importations japonaises concernées par l'accident nucléaire de Fukushima en 2011. C'est l'annonce faite jeudi à Bruxelles par la présidente de la Commission européenne après une rencontre avec le Premier ministre japonais.

Pour la responsable allemande cet arbitrage était évident.

"Nous avons pris cette décision sur la base de la science, des preuves et de l'évaluation de l'Agence internationale de l'énergie atomique", précise Ursula von der Leyen.

Les restrictions décidées il y a 12 ans interdisaient les importations de biens agricoles et de produits de la mer en provenance de Fukushima, après la contamination de la région provoquée par un tsunami qui a entraîné l'accident de la centrale nucléaire.

Le sommet à Bruxelles entre l'UE et le Japon a aussi mis l'accent sur la sécurité économique. Les dirigeants ont signalé leurs inquiétudes après l'annonce par la Chine d'encadrer et de limiter l'approvisionnement de deux matières premières critiques : le gallium et le germanium. Ces deux ressources sont utilisées dans les puces électroniques ou dans les panneaux solaires.

Pour certains experts, cette décision chinoise n'aura cependant pas l'impact souhaité. Cela semble toutefois convaincre l'Union et Tokyo d'intensifier leur coopération pour contrebalancer l'influence croissante de Pékin.

"Nous continuerons à travailler étroitement au maintien et au renforcement d'un ordre international libre et ouvert fondé sur l'État de droit, comme nous l'avons réaffirmé lors de la réunion d'aujourd'hui. Comme nous sommes confrontés à un environnement sécuritaire difficile, nous nous félicitons d'un engagement plus fort de l'UE dans l'Indo-Pacifique", souligne le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Les deux parties disent vouloir travailler ensemble pour trouver des fournisseurs alternatifs de matières premières critiques, essentielles pour la transition climatique. La Chine est presque en situation de monopole sur ce marché, l'Union et le Japon veulent donc mettre un terme à cette dépendance excessive.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Rejet de l'eau de Fukushima : résultats des tests de radioactivité rassurants

Grèce : neufs égyptiens acquittés dans le procès du naufrage meurtrier de migrants

Espagne : Le Parti populaire vante l'apaisement des débats