EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un projet européen bâtit des "arches de Noé" pour animaux marins

En partenariat avec The European Commission
Un projet européen bâtit des "arches de Noé" pour animaux marins
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Aurora Velez
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Nous rencontrons les porteurs du projet ECOMARE, une initiative soutenue par la politique européenne de cohésion qui vise à mieux protéger la vie marine et son avenir, en associant soins aux animaux et recherche scientifique.

Soutenu par la politique européenne de cohésion, le projet ECOMARE mené dans l'estuaire d'Aveiro au Portugal a pour particularité, d'associer des scientifiques et des vétérinaires et soigneurs autour de la protection de la vie marine. La structure comprend un hôpital pour animaux, ainsi que des équipements de recherche autour des biotechnologies.

Sauvetage d'oiseaux, dauphins ou tortues

Artur Silva, vice-recteur pour la recherche et l'innovation à l'Université d'Aveiro, à l'origine du projet, nous en rappelle la genèse. "Il a commencé avec la récupération des animaux lors de la marée noire du Prestige dans la région de la Galice, cela a été notre première intervention majeure - qui a consisté à récupérer ces animaux mazoutés -, et c'est [dans notre structure] qu'ils ont été amenés," explique-t-il.

Coordinatrice scientifique du CPRAM-ECOMARE, l'hôpital pour animaux blessés, Catarina Eira évoque pour nous, le sort d'une tortue prise en charge après avoir été retrouvée piégée dans un filet de pêche.

"Concernant la mise en place de l'émetteur sur la tortue, le premier objectif, c'est de savoir si elle survit au processus de réadaptation et pendant combien de temps," indique-t-elle. "Nous ne savons pas non plus dans quelle direction elle ira," ajoute-t-elle.

"Ensuite, nous essaierons de trouver les variables environnementales, les variables océaniques, c'est-à-dire la température de la mer, la profondeur, la bathymétrie [mesures des profondeurs marines], nous associerons ces variables aux endroits où elle est passée et nous découvrirons quelles sont les conditions préférées de cette espèce," précise-t-elle.

Déterminer quels animaux auront les meilleures chances de survie à l'avenir

Ricardo Calado, coordinateur scientifique du CEPAM-ECOMARE, nous décrit de son côté, les travaux qui occupent les chercheurs du centre.

"Nous travaillons beaucoup, par exemple, sur les effets des vagues de chaleur : comment ces journées anormalement chaudes, que nous connaissons de plus en plus, affectent-elles la vie marine ? Et comment les animaux s'adaptent-ils à ces changements ?" fait-il remarquer. 

"Dans les universités, les centres de recherche et les aquariums publics, nous essayons de fabriquer de véritables arches de Noé pour sauver quelques-uns de ces animaux et déterminer lesquels auront les meilleures chances de survie, non pas dans les océans d'aujourd'hui, mais dans les océans de demain, en 2025, 2050 et 2100, en utilisant les modèles que les scientifiques ont établis sur les conditions auxquelles ces coraux devront faire face à l'avenir," indique-t-il.

Journaliste • Aurora Velez

Partager cet article