EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Une nouvelle majorité se dessine en Pologne

Donald Tusk devrait devenir le prochain Premier ministre polonais
Donald Tusk devrait devenir le prochain Premier ministre polonais Tous droits réservés Petr David Josek/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Petr David Josek/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Vincenzo Genovese
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon les projections, les trois partis d’opposition obtiennent la majorité au Parlement. Si ces résultats se confirment, Varsovie devrait changer radicalement de ton dans ses relations avec l’UE, marquées par des tensions avec le gouvernement ultraconservateur sortant.

PUBLICITÉ

Un changement de gouvernement semble plus que probable en Pologne à l'issue des élections législatives qui ont connu le taux de participation le plus important de l'histoire du pays. Les trois partis d'opposition qui disposent d'une majorité au Parlement se disent prêts à travailler ensemble.

Dans ces conditions, l'ancien président du Conseil européen, Donald Tusk, devrait devenir Premier ministre d'une coalition qui marquerait une rupture politique.

"Ils vont certainement essayer, tout d'abord, de, disons, ramener la Pologne sur la voie de la démocratie, de sorte que le système judiciaire sera libéré. La presse sera à nouveau libre. Et bien sûr, les droits des minorités seront rétablis", estime Monika Sus, professeur à l'Académie polonaise des sciences.

Cette nouvelle direction devrait faciliter les relations avec l'Union européenne après huit années marquées par les tensions avec le gouvernement ultraconservateur.

"Je pense que la Pologne sera à nouveau un partenaire fiable au sein de l'Union européenne. Nous allons certainement essayer d'avoir de meilleures relations avec nos voisins", juge Monika Sus.

La nouvelle coalition devrait toutefois suivre certaines voies déjà tracées par le gouvernement sortant mais avec un changement de ton. La Pologne maintiendra son soutien à l'Ukraine, en revanche la question migratoire devrait continuer à alimenter les difficultés avec les institutions européennes.

"Il y a de nombreuses préoccupations dans le pays liées à la migration, mais aussi à la sécurité, que M. Tusk doit gérer au niveau national. Et nous savons que sa position sur l'immigration n'est pas nécessairement positive lorsque nous parlons du mécanisme de relocalisation obligatoire. Cependant, la manière dont il présentera et s'engagera de manière constructive avec les décideurs européens sera bien sûr différente", prévient Teona Lavrelashvili, analyste au European Policy Centre.

Les observateurs soulignent aussi que la tâche s'annonce difficile pour Donald Tusk pour former et surtout maintenir en ordre de marche une coalition hétéroclite.

"Sur l'avortement, bien sûr, chacun des trois partis est beaucoup plus flexible. Ils sont beaucoup plus ouverts aux droits des femmes que le gouvernement actuel. Mais il y a encore des différences entre eux, allant de : "libéralisons totalement l'avortement" à "établissons certaines règles et travaillons-y, mais nous ne pouvons pas libéraliser totalement l'avortement", précise Monika Sus.

L'introduction de l'euro pourrait être une autre pomme de discorde. Une des formations de la coalition, qui se dessine, souhaite rejoindre la monnaie unique quand les autres partenaires sont plus hésitants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Portraits de jeunes électeurs en Pologne, société profondément divisée

Malgré la guerre, les Ukrainiens célèbrent le solstice d'été

L'Union européenne adopte de nouvelles sanctions contre la Russie