EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L’UE a les yeux tournés vers les élections législatives polonaises

Les électeurs polonais sont appelés aux urnes le dimanche 15 octobre
Les électeurs polonais sont appelés aux urnes le dimanche 15 octobre Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Vincenzo Genovese
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les électeurs polonais se rendent aux urnes dimanche. Deux partis, diamétralement opposés sur les questions européennes, sont en tête des sondages : la formation ultranationaliste Droit et justice (PiS) et la Plateforme civique.

PUBLICITÉ

Les élections législatives en Pologne seront lourdes de conséquences pour l’UE. Deux partis sont en tête des intentions de vote : la formation ultranationaliste Droit et justice (PiS), actuellement au pouvoir, et la Plateforme civique, pro-européenne de droite, emmenée par l’ancien président du Conseil européen Donald Tusk. Mais selon les enquêtes aucun des deux groupes ne semblent en position de diriger seul.

Au Parlement européen, les députés reconnaissent l'importance du scrutin mais chaque camp politique espère une issue différente.

"La Pologne est devenue encore plus importante depuis un an et demi en raison de sa très forte opposition aux politiques expansionnistes de (Vladimir) Poutine en Ukraine. Une confirmation de la majorité au pouvoir s'inscrirait donc dans la continuité de ce choix et serait certainement un facteur de stabilité pour la position géopolitique de l'Union européenne", estime Carlo Fidanza du groupe Conservateurs et réformistes européens, formation qui compte dans ses rangs les élus du PiS.

Les Verts voient en revanche une différence fondamentale. L’opposition polonaise de la Plateforme civique "a clairement adopté une position constructive lorsqu'il s'agit de s'engager au niveau européen", observe Terry Reintke, co-présidente du groupe écologiste.

Arianna Angeli, professeur de droit constitutionnel comparé à l'université de Milan, estime que l'actuel gouvernement polonais a adopté une attitude hostile à l'égard des institutions européennes. Le principal conflit politique porte sur le respect de l'Etat de droit et l'indépendance de la justice.

"Ces violations constantes généreront à un moment donné des tensions avec les autres pays membres de l'Union. Et à terme, à mon avis, cela pourrait aussi créer des problèmes dans les mécanismes de fonctionnement de l'Union, qui subit aujourd'hui un siège constant de la part d'un des pays membres", explique-t-elle.

L'Union aura les yeux rivés dimanche, non seulement sur les élections législatives mais aussi sur un autre vote. Le gouvernement a organisé le même jour un référendum avec quatre questions. L'une d'elles demande aux électeurs s'ils "soutiennent l'admission de milliers d'immigrants illégaux du Moyen-Orient et d'Afrique, conformément au mécanisme de relocalisation forcée imposé par la bureaucratie européenne".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouveau coup dur pour les libéraux de l'UE : le Tchèque Andrej Babiš retire ses sept eurodéputés

Roberto Baggio, star de la Squadra Azzurra, cambriolé à son domicile alors qu'il regardait le match Italie-Espagne

Présidence du Conseil européen : António Costa est en lice malgré une enquête pour corruption