UE-Niger: la coopération dans la lutte contre l'immigration clandestine en danger

La junte au pouvoir au Niger a abrogé la loi anti-passeurs de migrants
La junte au pouvoir au Niger a abrogé la loi anti-passeurs de migrants Tous droits réservés Sam Mednick/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Greta Ruffino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le coup d'État de juillet dernier au Niger a été un véritable choc pour l'Union Européenne, comme le reconnaît la Représentante spéciale de l'UE pour le Sahel.

PUBLICITÉ

Un pays africain lointain est source d'inquiétude pour l'Europe. Le coup d'état, qui s'est produit au Niger, en juillet, a été un véritable choc pour l'Union européenne.

Bruxelles a réagi en prenant des mesures restrictives. 

_"_Nous  avons été obligés de suspendre toutes nos activités à cause du coup d'État. Nous avons soutenu l'action de la Cedeao, qui a imposé des sanctions à la junte au pouvoir en ce moment, parce que nous voulions envoyer un message très important : les changements anticonstitutionnels dans les pays du Sahel sont absolument inacceptables", confie, la Représentante spéciale de l'Union européenne pour le Sahel Emanuela Claudia Del Re. 

_"_Bien sûr, cela a amené l'Union européenne à prendre des décisions concernant son partenariat, c'est-à-dire à suspendre toutes les activités de coopération au développement, de coopération en matière de sécurité, bien que nous ayons évidemment préservé l'aide humanitaire parce que l'aide humanitaire est essentielle pour l'UE", ajoute-t-elle.

Le Niger était un partenaire clé de l'Europe dans la lutte contre l'immigration clandestine. Cette coopération est aujourd'hui menacée : la junte au pouvoir a abrogé une loi qui réduisait les flux de personnes à travers la ville d'Aagadez vers le désert du Sahara. Ce sont des représailles évidentes, selon l'eurodéputé de Renew Europe, Javier Nart.

"Ce que fait la Junte, c'est ce qui va se produire en Italie.  C'est une réponse à la fin de l'aide. Mais nous ne pouvons pas maintenir une aide économique pour une junte militaire", affirme-t-il. 

La décision de la Junte a été plutôt bien accueillie par la population de la région d'Agadez. De nombreux Nigériens gagnent en effet leur vie en transportant des migrants, qui ne sont pas tous des trafiquants.

"Comme en Europe, si vous voulez aller de Milan à Rome en bus, vous devez acheter un billet. Il est évident que le billet d'Agadez vers d'autres endroits de la région est beaucoup plus cher", indique Javier Nart.

La loi était également contestée par les organisations de la société civile nigérienne, car elle tendait à étrangler l'économie locale.

"Localement, c'est considéré comme une façon ancestrale de vivre, de commercer, et d'échanger. Les déplacements de population, notamment au Sahel même ou vers les régions du Nord, sont considérés comme faisant partie d'un mode de vie", explique la Présidente du Réseau africain du secteur de la séurité, Niagalé Bagayoko. 

La Commission européenne craint, toutefois, que les réseaux de trafic d'êtres humains ne se développent en l'absence de loi.

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les premières troupes françaises quittent le Niger sous la pression de la junte militaire

Coup d’Etat au Niger : le point sur la situation lundi matin

Niger : le général Abdourahamane Tchiani justifie le coup d'Etat, l'Occident condamne