Ouverture du dialogue stratégique sur l'avenir de l'agriculture européenne

Des agriculteurs bloquent une autortoute près de Strasbourg
Des agriculteurs bloquent une autortoute près de Strasbourg Tous droits réservés AP Photo
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans un contexte de contestation des agriculteurs, la Commission a réuni jeudi à Bruxelles une trentaine d’organisations professionnelles pour tracer la voie à suivre pour le secteur.

PUBLICITÉ

La Commission européenne a ouvert jeudi le "dialogue stratégique" sur l'avenir de l'agriculture. Ce projet, annoncé en septembre, se déroule alors que la colère du monde agricole gronde dans de nombreux Etats membres.

La présidente de l'institution a réuni autour d'elle une trentaine d'organisations qui rassemblent l'ensemble de la chaîne alimentaire. Pour Ursula von der Leyen, cette rencontre est l'occasion d'envoyer un message aux professionnels, à quelques mois des élections européennes.

"L'Europe dispose des aliments les plus sains et les plus qualitatifs au monde. Nos agriculteurs travaillent quotidiennement sur un marché mondial très compétitif, et vous êtes souvent la partie la plus vulnérable de la chaîne de valeur. Et bien sûr, vous méritez une rémunération juste", a-t-elle souligné en ouverture des travaux.

Cette réunion est une première prise de contact. Les rencontres devraient se poursuivre jusqu'à l'été. Il s'agit d'évoquer le revenu des agriculteurs, mais aussi le développement durable du secteur et la compétitivité des éleveurs et des producteurs. Les professionnels sont inquiets face aux normes environnementales décidées par l'UE et face à la concurrence sur les marchés mondiaux.

"Vous savez, les agriculteurs sont aujourd'hui assaillis. Ils ont besoin de passer d'une approche du haut vers le bas, comme nous l'avons vu, à une approche du bas vers le haut, et faire comprendre qu'une solution unique ne peut pas convenir à tout le monde. Je pense qu'il est urgent d'avoir plus d'argent, plus de soutien et moins de règles", insiste Lennart Nilsson, président de la Cogeca (la Confédération générale des coopératives agricoles), présent à cette réunion.

La Commission reconnaît que l'Union a perdu 4 millions d'exploitations en 10 ans. Il s'agit donc de tracer l'avenir du secteur.

Ce dialogue stratégique "n'apportera pas de solutions demain ou après-demain. Mais je pense qu'il a la perspective de créer un mouvement pour plus de clarté sur ce à quoi l'agriculture devrait ressembler en 2050", estime Peter Meedendorp, président du CEJA (European council of young farmers), à l'issue de la rencontre.

Le représentant des jeunes agriculteurs européens espère que ces travaux aideront ceux qui se lancent dans la profession "pour que nous, jeunes agriculteurs, puissions choisir : voulons-nous continuer à travailler dans le secteur ou non, ou vais-je faire un autre travail qui sera probablement mieux rémunéré avec moins" d’heures, prévient-il.

La Commission doit présenter le mois prochain ses objectifs climatiques pour 2040. Ce rendez-vous sera une première indication pour les agriculteurs d'observer la direction que l’institution souhaite prendre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : l'ouverture du salon de l'agriculture perturbée par des manifestations

Les dirigeants européens devraient prendre au sérieux les protestations des agriculteurs

Les demandes des agriculteurs nécessitent des solutions rationnelles pour "surmonter les préjugés" à l'égard de l'Ukraine, selon Kyiv