La Commission européenne propose de réduire en 2040 les émissions de carbone de 90%

La Commission européenne veut réduire les émissions de CO2 de 90% d'ici 2040
La Commission européenne veut réduire les émissions de CO2 de 90% d'ici 2040 Tous droits réservés Petr David Josek/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’institution recommande de poursuivre l’effort de diminution des gaz à effet de serre pour parvenir à la neutralité carbone au milieu du siècle.

PUBLICITÉ

La Commission européenne propose une nouvelle étape dans la transition climatique de l’UE. L’exécutif européen recommande de réduire d’ici 2040 de 90% les émissions de gaz à effet de serre.

L’institution continue donc de tracer la route vers la neutralité carbone en 2050. Pour y parvenir elle préconise la mise en œuvre complète des objectifs pour 2030, à savoir une diminution de 55% des émissions polluantes.

Pour la Commission, l’enjeu est de convaincre à la fois les industriels et les citoyens de poursuivre l’effort en faveur du climat.

"Nous devrons nous appuyer plus fermement sur deux jambes : un climat sûr et sain pour tous, et une économie forte et résiliente, avec un avenir radieux pour les entreprises et une transition juste pour tous", estime Wopke Hoekstra, Commissaire européen en charge de l’Action pour le climat.

Au-delà de l’objectif d’ensemble, ce qu’il faut peut-être retenir de cette stratégie ce sont les éléments qui manquent. La Commission ne fixe pas de date pour une sortie progressive des énergies fossiles. Pour Greenpeace, c’est une lacune lourde de conséquence.

"Cela a autant de sens qu'un objectif de prévention du cancer du poumon sans aucun plan pour mettre fin au tabagisme", assure Silvia Pastorelli, responsable de la campagne climat pour l’ONG environnementale.

"L'absence de plan d'élimination progressive des combustibles fossiles, et même des subventions, non seulement, retarde l'action climatique dont nous avons besoin de toute urgence, mais finira par nuire davantage à la population", ajoute-t-elle.

Autre omission : l’agriculture. En pleine contestation des producteurs et des éleveurs qui dénoncent des normes trop strictes, l’institution se garde de fixer un objectif pour le secteur. Dans les ébauches précédentes, la Commission aurait envisagé une baisse de 30% des émissions, un objectif disparu aujourd’hui.

Dans l’immédiat, la Commission fixe des grandes lignes pour poursuivre la transition. A destination des entreprises, l’institution évoque l’idée de passer du Pacte vert à un pacte de décarbonation qui doit s’appuyer sur les forces industrielles existantes de l’UE et renforcer la production sur le continent.

Le secteur énergétique devrait effectuer sa décarbonation complète peu après 2040 à travers des solutions de basses émissions de carbone ou zéro émission comme les énergies renouvelables, le stockage du CO2, l’efficacité énergétique. Dans sa recommandation, l’exécutif inclut aussi le recours au nucléaire.

Dans le secteur des transports, la préconisation est de combiner des solutions technologiques avec la fixation d’un prix du carbone.

Pour les citoyens, l’institution souhaite une transition plus juste avec davantage de politiques sociales.

Toutefois, il ne s’agit que d’une recommandation qui n’a pas de valeur législative. Ce sera à la prochaine Commission de transformer cette indication en réalité politique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le climat va-t-il influencer les électeurs européens en juin prochain ?

Les demandes des agriculteurs nécessitent des solutions rationnelles pour "surmonter les préjugés" à l'égard de l'Ukraine, selon Kyiv

Elections européennes : les Socialistes européens souhaitent renouer avec "l'Europe sociale"