Analyse : Le centre-droit européen laisse la porte entrouverte aux populistes face à la montée de l'extrême droite

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est confirmée comme candidate principale du PPE à Bucarest, Roumanie, le 7 mars 2024.
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est confirmée comme candidate principale du PPE à Bucarest, Roumanie, le 7 mars 2024. Tous droits réservés Andreea Alexandru/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Andreea Alexandru/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Mared Gwyn Jones and Sandor Zsiros in Bucharest
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Pendant des années, le groupe PPE de centre-droit a tracé une ligne rouge face aux forces eurosceptiques et d'extrême droite du Parlement européen. Cette ligne pourrait changer après les élections européennes de juin.

PUBLICITÉ

Le Parti populaire européen a donné le coup d'envoi de sa campagne préélectorale à Bucarest ce jeudi. Le groupe devrait recueillir près d'un quart des voix pour remporter le scrutin de juin et rester la plus grande faction du Parlement européen.

Mais avec la stagnation de sa part de voix face à la montée de l'extrême droite et le déclin des autres partis traditionnels, les questions se multiplient quant à savoir si le PPE flirtera avec des partenaires populistes qu'il considérait jusqu'à présent comme interdits.

D'autant plus que ses partis membres l'ont déjà fait dans certaines capitales européennes.

Sa principale candidate, Ursula von der Leyen, s'est engagée à ne construire des ponts qu'avec les partis pro-européens, pro-OTAN et pro-ukrainiens après le vote. Pendant des décennies, le groupe a formé une "grande coalition" avec le centre et le centre-gauche.

Mais comme les électeurs penchent nettement à droite, le PPE n'exclut pas de nouvelles alliances avec les membres du Parti européen des conservateurs et réformistes (ECR), ce qui permettrait aux forces eurosceptiques de s'implanter à Bruxelles.

La présidente du parti ECR, Giorgia Meloni, est revenue sur la rhétorique anti-européenne qui l'a vue élire Première ministre d'Italie fin 2022, et a forgé une relation étroite avec Mme von der Leyen. Les spéculations vont bon train sur le fait que les membres de son parti Fratelli d'Italia au Parlement européen pourraient parvenir à un accord informel pour coopérer avec le PPE lors de la prochaine législature.

La délégation tchèque de l'ECR est également considérée comme un partenaire modéré compatible avec le centre-droit, ont déclaré plusieurs délégués du PPE à Euronews.

"Les partis de droite sont très différents dans les Etats membres de l'UE. Nous ne pouvons pas mettre l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) dans le même panier que, par exemple, l'ODS en République tchèque, qui était auparavant eurosceptique mais qui ne l'est clairement plus aujourd'hui ", a déclaré l'eurodéputé allemand Peter Liese à Euronews.

Mais avec des partis comme le célèbre Parti des Finlandais, l'espagnol Vox et le français Reconquête ! qui appartiennent également à l'ECR, les groupes d'opposition à gauche de l'échiquier politique critiquent la volonté de leurs homologues de centre-droit de faire des pieds et des mains avec les conservateurs de droite.

Répondant à une question d'Euronews, le ministre italien des affaires étrangères et vice-président du PPE Antonio Tajani - dont le parti de centre droit Forza Italia est au gouvernement avec des groupes d'extrême droite - a clairement exprimé la volonté du PPE de former de nouvelles alliances qui remplaceraient la grande coalition.

"J'espère que nous pourrons travailler avec ECR, que nous pourrons travailler avec les libéraux. Nous ne pouvons certainement pas penser qu'il n'y a que des socialistes dans les institutions européennes", a déclaré M. Tajani.

"Il y a d'autres forces, d'autres réalités, parmi lesquelles les conservateurs et les libéraux, et nous verrons quels seront les résultats électoraux", a-t-il poursuivi, "si les conservateurs, comme ils l'ont récemment démontré, prennent le parti de l'européanisme, prennent le parti de l'atlantisme, nous sommes prêts à dialoguer et à discuter (de ces choix) avec eux".

Dans les capitales, l'extrême droite s'installe comme courant dominant

Les signes d'une progression de l'extrême droite dans le courant politique européen ne sont pas nouveaux. Mais si ces signes se sont avérés exagérés lors des précédentes élections européennes, en 2024, la menace semble bien réelle.

Aux Pays-Bas, Geert Wilders est en pourparlers avec une coalition après une victoire étonnante aux élections nationales de l'année dernière. En France, le Rassemblement national de Marine Le Pen est confortablement installé en tête des sondages. Un nouveau candidat d'extrême droite bouscule la domination du bipartisme au Portugal. L'Alternative pour l'Allemagne occupe une confortable deuxième place dans les sondages allemands, bien que des factions du parti aient été jugées extrémistes par les tribunaux.

Les partis d'extrême droite ou anti-européens devraient arriver en tête dans neuf États membres, dont la France et l'Italie, et en deuxième position dans neuf autres, lors du scrutin de juin.

Dans plusieurs états membres de l'UE, les conservateurs traditionnels ont déjà franchi le "cordon sanitaire" destiné à contenir les groupes marginaux.

Les partis membres du PPE gouvernent au sein d'une coalition ou avec le soutien de partis d'extrême droite ou eurosceptiques en République tchèque, en Finlande, en Italie et en Suède. Dans une poignée d'autres pays, dont l'Autriche, le Portugal et l'Espagne, les accords de coalition entre le centre et l'extrême droite sont devenus monnaie courante au niveau régional.

Mais le PPE affirme que l'Europe doit également être vigilante à l'égard des forces de droite et de gauche en marge de la société.

PUBLICITÉ

"Notre Europe pacifique et unie est défiée comme jamais auparavant par les populistes, les nationalistes, les démagogues, qu'il s'agisse de l'extrême droite ou de l'extrême gauche", a déclaré Mme von der Leyen lors du congrès de Bucarest.

Cependant, de nombreuses priorités politiques du groupe PPE, décrites dans son manifeste électoral, suggèrent que le groupe adopte des idéologies de droite dure afin d'éviter un exode des électeurs vers les challengers d'extrême-droite.

Il propose notamment d'externaliser les demandes d'asile des personnes cherchant refuge dans l'UE vers des pays tiers dits "sûrs", sur la base du modèle rwandais conçu par le Royaume-Uni.

Interrogée sur la légalité de cette idée, Mme von der Leyen a assuré aux journalistes : "Il est absolument clair que, quoi que nous fassions, nous respecterons pleinement nos obligations en vertu du droit européen et international", ajoutant que le concept de pays tiers sûrs est déjà inscrit dans le droit européen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Analyse : A Rome, les socialistes mettent en garde contre un "réel danger" à l'approche des élections européennes

Ursula von der Leyen fixe ses limites d’une majorité à l’issue des élections européennes

Macédoine du Nord : une candidate de droite arrive en tête du scrutin