Un nouveau parti politique prône la sortie de la Pologne de l’UE

Le leader d'extrême droite Robert Bakiewicz lors de la marche annuelle du Jour de l'Indépendance à Varsovie, le 11 novembre 2021
Le leader d'extrême droite Robert Bakiewicz lors de la marche annuelle du Jour de l'Indépendance à Varsovie, le 11 novembre 2021 Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A la tête d’une nouvelle formation : Indépendance, le nationaliste polonais Robert Bakiewicz propose de quitter le projet européen.

PUBLICITÉ

Robert Bakiewicz est l'une des figures du nationalisme en Pologne. Il se lance désormais dans une nouvelle bataille politique avec la création d'un parti souverainiste catholique : Indépendance. 

Son programme s'appuie sur une idée simple : la sortie de la Pologne de l'Union européenne. La formation propose aussi le service militaire obligatoire, l'éducation patriotique, un accès plus facile aux armes et l'arrêt des politiques climatiques et migratoires de l'UE.

"L'Union européenne est aujourd'hui un fardeau, quelque chose de dépassé", assure Robert Bakiewicz.

Ce "sera un fardeau pour notre économie, ce qui signifie que dans la sphère commerciale, financière et matérielle, c'est une perte pour nous, et dans la sphère culturelle, c'est la destruction complète de tout ce sur quoi l'Europe était basée", poursuit-il.

Le soutien à l'Union européenne décline en Pologne. 20% des habitants se disent favorables à une sortie du projet commun. Les observateurs expliquent cette tendance par la controverse sur les céréales ukrainiennes, mais aussi à cause du précédent gouvernement ultra-conservateur dirigé par le parti Droit et Justice.

"En raison du manque de communication positive autour de l'Union européenne, pendant huit ans la Pologne a connu des récits anti-européens de plus en plus fréquents que le gouvernement utilisait pour ses échecs et il y avait de plus en plus de "Polexit" dans l'espace d'information, c'est pourquoi cette chute se produit", estime Maja Mazurkiewicz analyste pour Alliance4Europe.

Les Polonais ont pourtant porté au pouvoir l'année dernière une coalition pro-européenne emmenée par Donald Tusk. Depuis ce scrutin, le soutien repart à la hausse.

"La philosophie du gouvernement du Premier ministre Donald Tusk est de définir clairement ses attentes et ses raisons au sein de la communauté [européenne], mais aussi d'être capable de construire des alliances autour de son opinion", souligne Magdalena Sobkowiak-Czarnecka, en charge des affaires de l'Union européenne auprès du cabinet du Premier ministre polonais.

"Quiconque s'interroge aujourd'hui sur le scénario d'une sortie de l'Union européenne devrait répondre à la question suivante : où en serions-nous face à la guerre en Ukraine, face à l'agression de la Russie contre l'Ukraine, si nous, en tant que Pologne, ne faisions pas partie de l'Union européenne et de l'OTAN aujourd'hui ?", interroge-t-elle.

Les prochaines élections locales prévues le 7 avril donneront une indication sur la direction que les Polonais souhaitent prendre entre euroscepticisme ou euro-enthousiasme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE s'apprête à débloquer 137 milliards d'euros de fonds européens pour la Pologne

La Commission européenne suit de près la situation médiatique en Pologne

Le nouveau Premier ministre Donald Tusk prend les rênes de la Pologne