Grands-parents de Ursula von de Leyen, des sympathisants nazis et membres de SS?

En tant que présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen n'est pas étrangère à la diffusion de désinformation à son sujet
En tant que présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen n'est pas étrangère à la diffusion de désinformation à son sujet Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par James Thomas
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des fausses affirmations circulent sur les réseaux sociaux selon lesquelles les grands-parents de la présidente de la Commission européenne étaient des nazis et des partisans d'Adolf Hitler, mais il n'y a absolument aucune preuve pour étayer cela. Voyons pourquoi.

PUBLICITÉ

En tant que présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen n'est pas étrangère à la diffusion de désinformation à son sujet, mais cette fois-ci ce sont ses grands-parents qui sont ciblés. Ce tweet, vu plus de 30 mille fois au moment de cette vérification des faits, affirme que le grand-père de von der Leyen était un général SS nommé Karl Albrecht Oberg.

Le tweet dit qu'il a d'abord servi en Pologne et a promu l'extermination des Juifs et des Slaves, ainsi que la purge des Polonais, avant de déménager à Paris où il a dirigé la lutte contre la résistance française et pris en charge la soi-disant "question juive". Selon le tweet, il a rendu obligatoire le port de l'étoile jaune et a ordonné à environ 100 mille personnes d'être envoyées dans des camps de la mort.

Le post est accompagné d'une photo en noir et blanc montrant soi-disant la grand-mère de von der Leyen serrant la main d'Adolf Hitler. Il y a aussi une légende, supposément une citation de von der Leyen elle-même, qui dit "Ma douce grand-mère n'a pas lavé sa main pendant un mois après cette précieuse occasion".

Les deux affirmations selon lesquelles ses grands-parents étaient associés aux nazis de quelque manière que ce soit sont fausses. Commençons par celle concernant son grand-père. Un général SS nommé Carl Albrecht Oberg a bel et bien existé, et il a effectivement ordonné la déportation de milliers de Juifs de France vers des camps de concentration, mais il n'était pas le grand-père de von der Leyen.

L'affirmation découle probablement du fait que son grand-père paternel s'appelait Karl Albrecht - un nom allemand courant. Selon des vérificateurs de faits allemands, ce Karl Albrecht a étudié la médecine dans les années 1920 et a travaillé comme médecin pendant la guerre. Ils ont déclaré qu'il n'y avait aucune preuve qu'il ait jamais été membre de la SS.

Il en va de même pour son fils, Ernst Albrecht, le père d'Ursula von der Leyen, qui a été directeur général pour la concurrence au sein des Communautés européennes, puis est devenu ministre-président de l'État de Basse-Saxe. Tout lien avec les nazis aurait sûrement été révélé à cette époque.

Quant à la photo d'Hitler serrant la main de la présumée grand-mère de von der Leyen, non, ce n'est pas elle. Une recherche d'image inversée nous renvoie à divers articles utilisant la photo, qui nous disent qu'elle provient de diverses agences de photos. Les descriptions de la photo nous disent qu'elle montre une jeune femme appelée Hildegard Zantop avec Hitler le 3 octobre 1937 à Bückeburg.

En revenant à l'arbre généalogique de von der Leyen, aucune de ses grand-mères ne porte ce nom. Et autant que nous le sachions, Hildegard Zantop n'a aucun lien de parenté avec von der Leyen.

Alors que les élections européennes approchent en juin, il est crucial que seules des informations véridiques sur les politiciens, où qu'ils se situent sur l'échiquier politique, soient partagées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : Conseils pour éviter la désinformation

Non, Klaus Schwab, le fondateur du Forum de Davos, n’est pas hospitalisé

The Cube : non, l'Iran n'a pas commencé à attaquer Tel-Aviv