PUBLICITÉ

Élections européennes : Conseils pour éviter la désinformation

Les élections européennes auront lieu du 6 au 9 juin 2024.
Les élections européennes auront lieu du 6 au 9 juin 2024. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par James Thomas
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

À l'approche des élections européennes, Le Cube vous présente quelques-uns des moyens de repérer et de vous protéger contre les affirmations douteuses et les discours préjudiciables en ligne.

PUBLICITÉ

Nombreux sont ceux qui ont qualifié 2024 d'"année des élections", et pour cause : au moins 64 pays se dirigent ou se sont déjà dirigés vers les urnes cette année.

Cela inclut les États-Unis, qui organiseront une élection présidentielle en novembre, et plus probablement le Royaume-Uni, qui est tenu d'organiser des élections générales avant la fin du mois de janvier 2025.

Il en va de même pour l'Union européenne. Les partis de tout l'échiquier politique se mobiliseront pour obtenir le plus grand nombre de sièges possible lors de l'élection du Parlement européen en juin.

Avec des scrutins d'une telle importance organisés cette année sur le continent et au-delà, le terrain est malheureusement propice à la diffusion d'un grand nombre d'affirmations douteuses, tant sur le terrain de la campagne qu'en ligne.

Le Cube s'est entretenu avec des experts pour savoir où vous avez le plus de chances de trouver des "fake news" et quels sont les meilleurs moyens de vous prémunir contre la désinformation.

Quelles sont les principales sources de désinformation ?

Pendant les élections, les fausses nouvelles peuvent se présenter sous différentes formes.

Vous pouvez être confronté à des rumeurs en ligne et hors ligne sur certains candidats et leurs politiques ; vous pouvez entendre des théories conspirationnistes sur des personnages néfastes qui tentent d'influencer l'élection de l'extérieur ; ou vous pouvez même être confronté à des "deepfakes" - des photos et des vidéos éditées numériquement et conçues pour montrer les politiciens sous un jour peu flatteur.

Les fausses informations se présentent souvent comme des nouvelles légitimes, sous la forme d'articles ou de photos professionnelles, et peuvent provenir de différentes sources.

Selon Yotam Ophir, professeur adjoint au département de communication de l'université de Buffalo, les trois principales sources sont les hommes politiques, ceux qui ont un intérêt financier à diffuser des informations trompeuses, et même nous-mêmes.

"La désinformation vient souvent des élites elles-mêmes", explique-t-il. "Nous l'avons vu aux États-Unis : la plupart des informations erronées sur la fraude électorale présumée en 2020 provenaient de [l'ancien président américain Donald] Trump lui-même et du Parti républicain."

Une toile géante promouvant les élections européennes est vue sur le Parlement européen jeudi 11 avril 2024 à Strasbourg.
Une toile géante promouvant les élections européennes est vue sur le Parlement européen jeudi 11 avril 2024 à Strasbourg.Jean-Francois Badias/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

En ce qui concerne ceux qui diffusent de faux récits pour des raisons financières, M. Ophir a déclaré que les chaînes de télévision telles que Fox News gagnent "beaucoup d'argent" en promouvant un point de vue très spécifique.

"Mais il peut aussi s'agir de toutes sortes de fausses informations, d'entrepreneurs, de sites web d'appât à clics, de podcasts conspirationnistes, etc. Ce sont ces personnes qui ont fait carrière dans la promotion d'informations erronées".

En ce qui concerne le public, M. Ophir note que les gens peuvent souvent diffuser involontairement des informations erronées à leurs amis et à leur famille.

"Parfois, nous recevons un article qui nous semble très surprenant, très émouvant, et nous voulons le partager avec d'autres", a-t-il déclaré. "Nous voulons savoir ce que nos amis en pensent. Parfois, le titre est si engageant que nous n'ouvrons même pas l'article avant de le partager avec d'autres.

"Par conséquent, si nous pouvons faire preuve d'une certaine prudence dans les informations que nous partageons, cela nous aidera également à réduire la désinformation dans ces moments-là", a-t-il ajouté.

Être critique, mais pas cynique

L'un des principaux moyens d'éviter de tomber dans le piège des "fake news" est de tout considérer d'un œil critique.

Il est toujours bon de vérifier l'origine d'une affirmation ou d'une information. Si les choses semblent trop belles pour être vraies - ou trop mauvaises pour être vraies s'il s'agit d'une affirmation concernant l'adversaire politique d'une personne - cela vaut la peine de prendre du recul et de revérifier, selon les experts.

Toutefois, il est important de ne pas passer de l'esprit critique au cynisme.

PUBLICITÉ

"Le cynisme, c'est le fait de commencer à dire "tout le monde ment, je ne peux faire confiance à personne"", a déclaré M. Ophir au Cube. "Certains d'entre nous évoluent vers ce genre de position depuis quelques années, et je considère que c'est une situation très dangereuse pour la démocratie.

"Nous devons apprendre à écouter ceux qui veulent servir le bien public et à ignorer ceux qui essaient de se promouvoir pour des gains financiers ou politiques", a-t-il poursuivi.

"Soyez donc sceptiques, mais ne soyez pas cyniques. La frontière entre les deux est ténue, mais il est important de la respecter".

Utiliser des sources fiables et non partisanes

Des sources d'information neutres et dignes de confiance sont essentielles.

Selon les experts, plutôt que d'accepter mot pour mot ce que disent les candidats politiques, d'écouter des internautes au hasard ou de consommer des informations provenant d'un seul côté de l'échiquier politique, il est préférable de s'appuyer sur des organisations connues et non partisanes.

PUBLICITÉ

La gauche et la droite ont toutes deux leur lot de sources et d'organes de presse qui s'efforcent de biaiser la couverture de l'actualité à leur avantage, c'est pourquoi certains suggèrent de consulter régulièrement des sites d'information plus neutres.

"Il peut s'agir de l'Associated Press, par exemple, ou de l'AFP", explique M. Ophir. "Ce sont des agences qui ne tirent aucun profit financier ou politique des informations qu'elles diffusent.

"Il en va de même pour les sites web non partisans de vérification des faits", a-t-il ajouté. "Si vous pouvez trouver des sources de ce type qui ne sont pas motivées par la promotion de certains types d'informations, vous êtes dans une position plus sûre".

Il est également essentiel de se fier aux vérificateurs de faits lorsqu'il s'agit de fausses informations approfondies. Des études montrent que l'œil humain nu n'est pas capable d'identifier systématiquement les vidéos et les photos modifiées numériquement, c'est pourquoi il est préférable de s'adresser à des organismes de vérification fiables.

Faites confiance aux experts

De même, en cas de doute sur un point de discussion particulier susceptible d'apparaître au cours d'une campagne électorale, il est préférable d'écouter les experts, selon M. Ophir.

PUBLICITÉ

"De nos jours, les gens ont tendance à essayer de faire leurs propres recherches, ce qui est admirable d'un côté, mais qui va conduire à beaucoup de confusion et de désinformation de l'autre", a-t-il déclaré.

"La plupart d'entre nous ne sont pas capables de comprendre des questions compliquées, des législations compliquées ou des processus politiques compliqués", a ajouté M. Ophir. "Nous avons besoin de ces médiateurs".

Pendant une grande partie de l'histoire, les journalistes et les médias ont joué le rôle de ces médiateurs, passant au crible de grandes quantités d'informations pour les résumer de manière objective et fiable à l'intention du grand public.

Alors que de nombreuses personnes ont perdu confiance dans les médias ces dernières années, M. Ophir a déclaré qu'une partie du défi consiste maintenant pour les journalistes à regagner cette confiance et à orienter les gens vers des sources plus fiables.

Si l'autre camp est mauvais, si l'autre camp est illégitime, alors tout ce que j'entends sur eux en ligne aura du sens pour moi.
Dr Yotam Ophir
Professeur adjoint, Département de la communication, Université de Buffalo

Respecter la démocratie

La désinformation engendre l'intolérance. Il est donc important de respecter la démocratie et de s'abstenir de diaboliser l'autre camp.

PUBLICITÉ

Même si nous ne sommes pas d'accord avec ce que disent nos adversaires politiques, nous devons les accepter comme une force politique légitime, selon Ophir.

"Une fois que l'on perd la tolérance pour l'autre camp, on ouvre la porte à beaucoup de désinformation, car si l'autre camp est mauvais, si l'autre camp est illégitime, alors tout ce que j'entends à son sujet en ligne aura du sens pour moi", a-t-il déclaré.

"Nous devrions éviter de perdre le respect fondamental de leur légitimité", a ajouté M. Ophir. "Il n'est pas nécessaire d'être d'accord avec l'autre camp, mais il faut l'accepter comme politiquement légitime... ce qui réduira également notre susceptibilité à la désinformation".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : comment l'UE s'attaque à la désinformation en ligne

Espagne : la campagne électorale pour les européennes est lancée

On Air : Euronews a présenté sa couverture des élections européennes