EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Espagne : le Parti populaire vante l'apaisement des débats

AP
AP Tous droits réservés Manu Fernandez/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Manu Fernandez/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Jaime Velazquez
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parti populaire présente son programme pour les élections européennes et prône l'apaisement des débats face à ceux qui cherchent à diviser.

PUBLICITÉ

À Madrid, le Parti Populaire a présenté son programme pour les élections européennes juin : pour le PP, il s'agit d'un référendum pour ou contre le gouvernement de Pedro Sánchez.

Dolors Montserrat, candidate du Parti populaire au Parlement européen : "Nous avons pris la tête de la défense de l'État de droit en Europe et avons constamment dénoncé l'infâme amnistie de Sánchez et Puigdemont."

Les conservateurs tentent de séduire les jeunes espagnols autour des enjeux de la démocratie, des politiques sociales et des défis stratégiques.

Alberto Núñez Feijóo, président du Parti populaire : " Nous travaillons sur une proposition visant à exonérer les jeunes professionnels du paiement des impôts pendant les premières années de leur carrière."

Le président du Parti populaire accuse ses concurrents d'empêcher la mise en place des réformes d'intérêt général.

Alberto Núñez Feijóo, président du Parti populaire : " J'ai parfois l'impression qu'un document comme celui-ci est éclipsé par des manœuvres politiques, par de la fumée et du bruit."

Le leader du Parti populaire est revenu prudemment sur les déclarations ce week-end du président argentin.

Javier Milei a accusé de corruption l'épouse du Premier ministre espagnol. L'Espagne a décidé de « définitivement » retirer son ambassadrice d'Argentine (déjà rappelée à Madrid "pour les consultations") après le refus de Milei de s'excuser pour ses propos.

Alberto Núñez Feijóo condamne des pratiques politiques contre-productives.

Alberto Núñez Feijóo, président du Parti populaire : "Je trouve regrettable que les intérêts de 48 millions d'Espagnols et de 46 millions d'Argentins soient pris en otage par une certaine façon de faire de la politique."

Feijóo défend son programme électoral contre ceux qui cherchent à obtenir des voix, a-t-il dit, comme des hooligans qui s'appuient sur la propagande et la confrontation, et il a prôné la modération au milieu de l'escalade verbale entre Milei et Pedro Sánchez.

Le leader du Parti populaire dénonce l'hystérisation des débats et les partis qui cherchent la confrontation et le clivage pour attirer les électeurs.

Jaime Velázquez, Euronews : "Malgré les remarques d'Alberto Núñez Feijóo lors de la présentation du programme électoral du PP, la crise diplomatique entre l'Espagne et l'Argentine place le récit exactement là où ses adversaires politiques le souhaitent. D'une part, la démonstration de force de Vox lors de son rassemblement du week-end indique qu'il n'hésite pas à défier le PP sur le terrain de l'"anti-sanchisme". D'autre part, Sánchez parvient à positionner le PSOE comme la barrière contre ce qu'il appelle la "vague internationale d'extrême droite". Car au-delà des programmes politiques, ce sont toujours les campagnes électorales qui donnent le ton. Tout le monde sait comment elles commencent, mais personne ne sait comment elles se terminent."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour la première fois, l'Union européenne sanctionne le gaz naturel liquéfié russe

Bucarest annonce l'envoi à l'Ukraine d'un de ses quatre systèmes de défense antiaérienne

Proche-Orient : Chypre répond aux menaces du Hezbollah