EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le fabricant d'Oreo Mondelez va devoir payer une amende de 337,5 millions d'euros

337,5 millions d'euros pour le fabricant d'Oreo Mondelez
337,5 millions d'euros pour le fabricant d'Oreo Mondelez Tous droits réservés Alastair Grant/Copyright 2016 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Alastair Grant/Copyright 2016 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La Commission européenne lui inflige cette amende pour avoir bloqué les ventes transfrontalières.

PUBLICITÉ

La Commission européenne a infligé une amende de 337,5 millions d'euros (366 millions de dollars) à l'entreprise alimentaire Mondelez, propriétaire des biscuits Oreo et d'autres marques de snacks, pour avoir entravé les ventes de ses produits entre les États membres de l'UE, a déclaré jeudi l'organe exécutif de l'Union.

Mondelez possède les marques de chocolat Cadbury et Toblerone, ainsi que les biscuits Oreo et Chips Ahoy, les crackers Triscuit et les barres nutritionnelles Perfect Snacks.

La Commission a déclaré que Mondelez avait essayé d'éviter ce commerce transfrontalier parce qu'il aurait pu entraîner une baisse des prix. Elle a déclaré que cela nuisait aux consommateurs qui finissaient par payer plus cher le chocolat, les biscuits et le café.

"Ces pratiques illégales ont permis à Mondelez de continuer à faire payer plus cher ses propres produits, au détriment des consommateurs de l'UE", a déclaré la Commission.

L'entreprise de Chicago spécialisée dans les bonbons et les en-cas a enfreint les règles de concurrence de l'UE "en s'engageant dans des accords anticoncurrentiels ou des pratiques concertées visant à restreindre le commerce transfrontalier de divers produits à base de chocolat, de biscuits et de café", a déclaré la Commission. "Et en abusant de sa position dominante sur certains marchés nationaux pour la vente de tablettes de chocolat".

Protéger la libre circulation des marchandises

La commissaire européenne chargée de la concurrence, Margrethe Vestager, a déclaré que l'affaire concernait le prix des produits alimentaires, une préoccupation particulièrement importante pour les Européens en cette période de forte inflation.

"Il s'agit également du cœur du projet européen : la libre circulation des marchandises dans le marché unique", a déclaré Mme Vestager.

Selon l'exécutif européen, l'entreprise s'est livrée à 22 accords ou pratiques concertées anticoncurrentiels.

Selon l'UE, l'un de ces accords comprenait une disposition ordonnant aux clients de Mondelez d'appliquer des prix plus élevés pour les exportations que pour les ventes intérieures. La Commission a ajouté que Mondelez avait empêché dix distributeurs exclusifs basés dans l'Europe des 27 de répondre à des demandes de vente émanant de clients d'autres pays de l'UE sans l'autorisation préalable de l'entreprise.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mondelez boycotté en Scandinavie

Les entreprises israéliennes ne participeront pas au salon de l'armement Eurosatory

Lancement officiel de la campagne des législatives en France