EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

De la prison au Parlement européen, Ilaria Salis prépare son mandat

Ilaria Salis lors de son retour en Italie après sa libération
Ilaria Salis lors de son retour en Italie après sa libération Tous droits réservés Claudio Furlan/LaPresse
Tous droits réservés Claudio Furlan/LaPresse
Par Vincenzo GenoveseLászló Arató
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La militante antifasciste italienne, emprisonnée en Hongrie pour agression lors d’une manifestation néonazie, bénéficie de l’immunité parlementaire depuis son élection lors du scrutin européen

PUBLICITÉ

Nouvelle élue au Parlement européen, l'Italienne Ilaria Salis, est apparue nerveuse et confuse pour sa première conférence de presse à Bruxelles. La militante antifasciste a obtenu son mandat sur la liste de l'Alliance des Verts et de La Gauche en Italie. Son arrivée dans l'hémicycle lui ouvre une immunité qui lui a permis de sortir de prison.

Ilaria Salis était détenue en Hongrie pour tentative de meurtre pour avoir participé à une agression contre trois militants d'extrême droite. Cette expérience va façonner son travail d'élue.

"Je travaillerai en faveur des prisonniers, je m'engagerai sur la question de l'immigration, qui est une responsabilité historique que nous devons prendre au sérieux, et je m'engagerai sur la condition de la jeunesse, qui est un domaine très transversal qui va de la précarité à l'éducation", insiste l’eurodéputée qui rejoint les rangs de La Gauche dans l'hémicycle.

"J'espère que la valeur de la solidarité pourra servir de guide pour la construction d'une Europe que nous voulons".

Les inquiétudes ont culminé lorsqu'elle est apparue menottée devant un tribunal hongrois. Selon le parquet, cette enseignante italienne a participé des attaques de rue commises à Budapest en février dernier contre une manifestation néonazie. Ilaria Salis affirme qu'elle ne veut pas se soustraire à la justice.

"Mon intention n'est pas d'échapper à la procédure pénale. Mon intention est d'être jugée conformément à la justice, c'est-à-dire dans le respect des droits fondamentaux, selon une procédure régulière, avec un traitement égal devant la loi et dans le respect du principe de proportionnalité", insiste l’eurodéputée.

C'est au Parlement européen de décider la suspension ou non de l'immunité d'Ilaria Salis, le procès en Hongrie pourrait donc reprendre. Si elle devait être reconnue coupable, elle risque jusqu'à 11 ans d'emprisonnement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le cas d’Ilaria Salis devient une question européenne

Hongrie : la demande d'assignation à résidence d'Ilaria Salis rejetée par la justice

La Commission européenne boycotte la présidence hongroise en raison des voyages d'Orbán à Moscou et à Pékin