EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Meloni condamne le racisme au sein de la ligue des jeunes de son parti après un reportage

Giorgia Meloni s'adressant aux journalistes à Bruxelles, le 28 juin 2024
Giorgia Meloni s'adressant aux journalistes à Bruxelles, le 28 juin 2024 Tous droits réservés Screenshot from EBU video 2024_10242214
Tous droits réservés Screenshot from EBU video 2024_10242214
Par Euronews avec EBU
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le média de gauche Fanpage a affirmé qu'il disposait d'une vidéo montrant certains membres de la "Jeunesse nationale" en train de proférer des insultes racistes et de faire le salut nazi.

PUBLICITÉ

La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, a condamné les remarques racistes et antisémites faites par certains membres de la ligue des jeunes de son parti, les Frères d'Italie.

S'adressant aux journalistes à Bruxelles, la cheffe du gouvernement italien a déclaré que l'antisémitisme et le racisme étaient incompatibles avec son parti, après que deux membres importants de la Ligue nationale de la jeunesse ont démissionné à la suite de remarques antisémites présumées faites à l'encontre d'un sénateur juif.

"Je l'ai dit à maintes reprises et je le répète, je pense que ceux qui ont des sentiments racistes, antisémites ou nostalgiques se sont simplement trompés de maison, parce que ces sentiments sont incompatibles avec les Frères d'Italie, ils sont incompatibles avec la droite italienne, ils sont incompatibles avec la ligne politique que nous avons clairement définie ces dernières années, et par conséquent je n'accepte pas qu'il y ait des ambiguïtés à ce sujet", a-t-elle déclaré.

Les commentaires de Mme Meloni interviennent après la publication d'un article dans le journal en ligne de gauche Fanpage, qui affirme disposer d'enregistrements vidéo et audio montrant certains membres de la Jeunesse nationale en train de proférer des insultes racistes et de faire des saluts nazis.

Giorgia Meloni assiste à une séance à la Chambre des députés à Rome, le 26 juin 2024.
Giorgia Meloni assiste à une séance à la Chambre des députés à Rome, le 26 juin 2024.Roberto Monaldo/LaPresse

Mais Giorgia a aussi critiqué les méthodes de ce reportage via une opération d'infiltration.

L'enquête de la Fanpage, intitulée "Jeunesse melonienne", a provoqué une onde de choc chez les Frères d'Italie, au moment même où Giorgia Meloni cherche à consolider sa réputation de voix modérée sur la scène de l'Union européenne.

Les membres de la communauté juive de Rome se sont également indignés, certains demandant à la Première ministre de punir les membres de l'organisation dénoncés dans l'enquête.

"La communauté juive de Rome condamne les images honteuses de racisme et d'antisémitisme qui ont émergé de l'enquête", a posté le président Victor Fadlun sur X. Il a demandé au parti de punir les membres visés par cette enquête d'investigation.

Il a aussi exhorté le parti de Giorgia Meloni à prendre des "mesures appropriées", affirmant qu'il était "impératif que la société" réagisse contre la discrimination.

Les Frères d'Italie sont issus du Mouvement social italien (MSI), créé en 1946 pour succéder au mouvement fasciste de Benito Mussolini qui a gouverné l'Italie pendant plus de 20 ans.

Giorgia Meloni a condamné à plusieurs reprises les lois racistes et antijuives promulguées par Mussolini en 1938, dans le but de faire de son parti une force conservatrice dominante.

Mais elle a également ignoré les appels à se déclarer "antifasciste", ce qui a incité certains de ses détracteurs à dire qu'elle n'avait pas réussi à se démarquer totalement du néofascisme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Giorgia Meloni conteste le mode de nomination au sein de l'UE

Le écoles danoises veut décaler les heures de cours

Leoluca Orlando et Lena Schilling : un demi-siècle de différence, mais des idées similaires