This content is not available in your region

Démence : une augmentation de 300% du nombre de cas d'ici 2050 dans le monde?

Access to the comments Discussion
Par Ian Smith  & Alixan Lavorel
La croissance et le vieillissement de la population devraient entraîner une augmentation du nombre d'adultes atteints de démence.
La croissance et le vieillissement de la population devraient entraîner une augmentation du nombre d'adultes atteints de démence.   -   Tous droits réservés  Canva

Selon une nouvelle étude, le nombre d'adultes atteints de démence dans le monde devrait presque tripler d'ici à 2050, pour atteindre 153 millions.

Selon les chercheurs, cette augmentation est principalement due à la croissance et au vieillissement de la population. Toutefois, ils pointent également du doigt quatre facteurs de risque de démence - le tabagisme, l'obésité, l'hyperglycémie et le faible niveau d'éducation - comme autres causes de cette augmentation.

La démence est actuellement la septième cause de décès dans le monde et l'une des principales causes d'invalidité et de dépendance chez les personnes âgées, avec des coûts mondiaux liés à cette maladie en 2019 estimés à plus de 880 milliards d'euros.

Quelle sera la situation en Europe ?

Les cas de démence devraient augmenter dans tous les pays, mais on estime qu'une grande partie de l'Europe connaîtra des augmentations plus faibles, mais néanmoins significatives, par rapport à d'autres parties du monde.

Selon les estimations, c'est en Afrique du Nord et au Moyen-Orient que l'augmentation sera la plus forte (367 %), suivie de l'Afrique subsaharienne (357 %).

L'Europe occidentale devrait connaître une augmentation de 74 %, passant de près de 8 millions de cas de démence en 2019 à près de 14 millions en 2050.

L'Europe centrale devrait connaître une augmentation de 82 % du nombre de cas, passant de près de 2 millions d'adultes atteints de démence à près de 3,6 millions, tandis que l'Europe orientale devrait de son côté connaître un bond de 92 %, passant de 2,9 millions à plus de 5,5 millions de cas.

Comment prévenir ces augmentations ?

"Nous devons réduire l'exposition aux principaux facteurs de risque dans chaque pays", a déclaré l'auteur principal, Emma Nichols, de l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l'université de Washington.

"Cela signifie qu'il faut étendre des programmes peu coûteux et adaptés aux conditions locales qui favorisent une alimentation plus saine, plus d'exercice, l'arrêt du tabac et un meilleur accès à l'éducation. Et cela signifie également continuer à investir dans la recherche afin d'identifier des traitements efficaces pour arrêter, ralentir ou prévenir la démence".

La démence est-elle inévitable ?

Bien que la démence touche principalement les personnes âgées, elle n'est pas une conséquence inévitable du vieillissement.

Selon un rapport de la Commission Lancet publié en 2020, jusqu'à 40 % des cas de démence pourraient être évités ou retardés si l'exposition à 12 facteurs de risque connus était éliminée : faible niveau d'éducation, hypertension artérielle, déficience auditive, tabagisme, obésité en milieu de vie, dépression, inactivité physique, diabète, isolement social, consommation excessive d'alcool, traumatisme crânien et pollution atmosphérique.

Les auteurs de cette nouvelle recherche ont cependant reconnu que leur analyse était limitée par le manque de données de haute qualité dans plusieurs régions du monde et par des études utilisant des méthodologies et des définitions de la démence différentes.

Article traduit de l'anglais