EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Les milliardaires de la Silicon Valley planifient en secret la construction d'une ville durable

Des milliardaires et des investisseurs de la Silicon Valley sont à l'origine d'une opération secrète d'achat de plus de 202 km2 de terres agricoles, qui dure depuis des années, en vue de la construction d'une nouvelle ville.
Des milliardaires et des investisseurs de la Silicon Valley sont à l'origine d'une opération secrète d'achat de plus de 202 km2 de terres agricoles, qui dure depuis des années, en vue de la construction d'une nouvelle ville. Tous droits réservés Godofredo A. Vasquez/AP
Tous droits réservés Godofredo A. Vasquez/AP
Par Associated Press
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des milliardaires de la Silicon Valley - avec quelques investissements européens - ont acheté de vastes étendues de terrain en Californie pour un projet secret de ville nouvelle.

PUBLICITÉ

Les milliardaires de la Silicon Valley, à l'origine d'une opération secrète d'achat de terrains pour un montant de 800 millions de dollars (740 millions d'euros) dans le nord de la Californie, aux États-Unis, ont enfin donné quelques détails sur leur projet de nouvelle ville technologique durable, mais ils doivent d'abord convaincre les électeurs sceptiques et les dirigeants locaux.

Après des années passées à se dérober, Jan Sramek, l'ancien trader de Goldman Sachs à l'origine de ce projet, a lancé jeudi un site web intitulé "California Forever" (Californie pour toujours).

Le site présente le projet comme "une chance pour une nouvelle communauté, des emplois locaux bien rémunérés, des fermes solaires et des espaces ouverts" à Solano, un comté rural situé entre San Francisco et Sacramento, qui compte aujourd'hui 450 000 habitants.

Il a également commencé à rencontrer les principaux représentants politiques de la région qui, depuis des années, tentent en vain de découvrir, qui se cache derrière la mystérieuse société Flannery Associates LLC, qui a acheté de vastes étendues de terres, devenant ainsi le plus grand propriétaire foncier du comté.

Une brochette d'entrepreneurs et de capital-risqueurs de la Silicon Valley soutient le projet, notamment la philanthrope Laurene Powell Jobs, le cofondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, et le capital-risqueur, Marc Andreessen.

Le New York Times a été le premier à dévoiler l'identité des investisseurs, et révéler les projets du groupe.

Les électeurs doivent approuver tous les projets

California Forever, la société mère de Flannery, a acheté plus de 202 km² de terres agricoles dans le comté de Solano depuis 2018, en grande partie dans la partie sud-est du comté, avec des parcelles s'étendant de Fairfield à Rio Vista.

Selon le site Web, Jan Sramek est tombé amoureux de la région, lors de voyages de pêche et lui et sa femme ont récemment acheté une maison dans le comté pour leur famille qui s'agrandit.

Le mois dernier, le projet a lancé un sondage auprès des habitants afin d'évaluer leur soutien à "une nouvelle ville avec des dizaines de milliers de nouveaux logements", des fermes d'énergie solaire et de nouveaux parcs entièrement financés par le secteur privé.

Mais pour construire quoi que ce soit qui ressemble à une ville sur ce qui est aujourd'hui une terre agricole, le groupe doit d'abord convaincre les électeurs du comté de Solano d'approuver une initiative électorale autorisant l'utilisation urbaine de ces terres, une protection qui est en place depuis 1984.

Les autorités locales et fédérales s'interrogent toujours sur les intentions du groupe.

Deux membres du Congrès de la région, qui ont cherché pendant des années à savoir si des adversaires ou des investisseurs étrangers étaient à l'origine de la frénésie d'achat autour d'une base de l'armée de l'air américaine vitale pour la sécurité nationale et l'économie locale, sont furieux que Flannery ait caché son identité pendant si longtemps.

Le site web indique que 97 % de son financement provient d'investisseurs américains et le reste du Royaume-Uni et de l'Irlande.

"Le FBI, le département du Trésor, tout le monde s'est efforcé de découvrir qui sont ces gens", a affirmé, cette semaine Mike Thompson, membre du Congrès américain qui représente une grande partie du comté, après avoir rencontré Jan Sramek.

Leur secret a causé "beaucoup de problèmes, beaucoup de temps et beaucoup de dépenses".

Le groupe d'investissement a expliqué, que le secret était de rigueur jusqu'à ce que suffisamment de terrains aient été achetés, afin d'éviter la spéculation à court terme, mais qu'il était désormais prêt à entendre les ménages de Solano par le biais d'une enquête postale et la création d'un conseil consultatif communautaire. 

Godofredo A. Vasquez/AP
Le maire Ron Kott regarde une carte du comté rural de Solano à l'hôtel de ville de Rio Vista, en Californie, le mercredi 30 août 2023Godofredo A. Vasquez/AP

"Au lieu de voir nos enfants partir, nous avons la possibilité de construire une nouvelle communauté qui attire de nouveaux employeurs, crée des emplois locaux bien rémunérés, construit des maisons dans des quartiers accessibles à pied, est à la pointe de la gestion de l'environnement et alimente une base fiscale croissante au service de l'ensemble du comté", peut-on lire sur le site.

Besoin de plus de logements

La Californie a un besoin urgent de logements, en particulier de logements abordables pour les enseignants, les pompiers, les travailleurs du secteur des services et de l'hôtellerie. Mais les villes et les comtés ne savent pas où construire, car les quartiers établis s'opposent à la construction de nouveaux logements qui, selon eux, encombreraient leurs routes et gâcheraient leur mode de vie tranquille.

PUBLICITÉ

À bien des égards, le comté de Solano est idéal pour le développement. Il est situé à 96 kilomètres au nord-est de San Francisco et à 56 kilomètres au sud-ouest de Sacramento, la capitale de la Californie. Les maisons du comté de Solano sont parmi les plus abordables de la région de la baie de San Francisco, avec un prix de vente médian de 600 000 dollars le mois dernier.

Princess Washington, maire de Suisun City, a soutenu que les habitants avaient délibérément décidé de protéger les espaces ouverts et de maintenir la zone autour de la base aérienne de Travis à l'abri de tout empiètement, compte tenu de son importance.

Elle soupçonne que le véritable objectif du groupe est de "créer une ville pour l'élite" sous prétexte d'augmenter le nombre de logements.

"La dégradation économique est omniprésente. Alors pourquoi dépenser plus d'un milliard de dollars pour créer une toute nouvelle ville alors qu'il y a toutes ces autres choses qui peuvent être réalisées dans toute la région de la baie", s'interroge-t-elle. 

En mai, Flannery a encore exaspéré les habitants de la région en poursuivant en justice plusieurs propriétaires fonciers, qu'elle accuse d'avoir conspiré pour fixer les prix de leurs propriétés. La société a révélé qu'elle avait acheté ou était sous contrat pour acheter environ 140 propriétés pour plus de 800 millions de dollars.

PUBLICITÉ

La semaine dernière, les habitants ont commencé à recevoir un sondage visant à évaluer le soutien des électeurs à "un nouveau projet majeur" qui comprendrait "une nouvelle ville avec des dizaines de milliers de nouveaux logements", en leur demandant s'ils seraient plus enclins à soutenir le projet si les habitants du comté bénéficiaient d'une priorité et d'une aide financière pour louer ou acheter l'un de ces nouveaux logements.

Il n'en est pas encore là

Mike Thompson, membre du Congrès, n'a pas été impressionné après sa rencontre avec Jan Sramek, déclarant que le promoteur était vague sur les détails et qu'il n'avait pas fait preuve de compréhension ou d'appréciation du comté ou de ses valeurs.

Interrogé sur la manière dont il aiderait les habitants à financer leurs nouveaux logements, Mike Thompson affirme que Jan Sramek lui avait dit qu'il comptait utiliser "toutes ses connaissances en tant que financier" pour réaliser des économies. Le développement en Californie est complexe, mais Mike Thompson souligne que Jan Sramek lui a dit qu'il espérait une autorisation accélérée "parce que leur projet est si bon et que leurs intentions sont si bonnes".

"Il n'a pas de plan, il n'en est pas encore là", assure Mike Thompson.

Le député John Garamendi, dont la circonscription comprend Travis et ses environs immédiats, a annoncé que les responsables de la base et du comté l'avaient contacté il y a environ cinq ans pour l'aider à déterminer qui achetait des terrains. John Garamendi, qui doit rencontrer Jan Sramek vendredi, a été consterné d'apprendre qui soutenait le projet.

PUBLICITÉ

"Vous, les riches milliardaires de la Silicon Valley, vous êtes partie prenante dans tout cela. C'est le genre de personnes que vous êtes ? Ce qu'ils ont réussi à faire, c'est d'empoisonner totalement le puits", avance-t-il. 

Reid Hoffman et Marc Andreessen n'ont pas répondu aux demandes de commentaires envoyées par courriel, pas plus que Laurene Powell Jobs, par l'intermédiaire de son entreprise Emerson Collective.

Les promoteurs du projet ont déclaré qu'ils protégeraient la base militaire et que les agriculteurs qui le souhaitent pourraient continuer à cultiver leurs parcelles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un lien entre les bactéries présentes dans notre intestin et la vitesse à laquelle nous vieillissons ?

Tout comprendre sur la faillite de la banque SVB... et sur la suite

Pas de technologies vertes sans terres rares : comment relever le défi en Europe