Un lien entre les bactéries présentes dans notre intestin et la vitesse à laquelle nous vieillissons ?

Une nouvelle étude suggère que les bactéries intestinales influencent la vitesse à laquelle nous vieillissons
Une nouvelle étude suggère que les bactéries intestinales influencent la vitesse à laquelle nous vieillissons Tous droits réservés Canva/Euronews
Par Camille Bello
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

De nouvelles découvertes suggèrent que des niveaux plus élevés de bactéries inflammatoires sont liés à un vieillissement accéléré et à une moins bonne condition physique.

PUBLICITÉ

L'intestin humain est un écosystème complexe, abritant des milliards de micro-organismes qui jouent un rôle essentiel dans le maintien de notre santé.

De récentes découvertes publiées dans la revue "Developmental Cognitive Neuroscience" ont montré que la diversité des microbes présents dans l'intestin peut non seulement influencer notre forme physique, mais aussi la rapidité avec laquelle nous vieillissons.

"Les révélations d'une équipe de l'Université hongroise des sciences du sport ouvrent de nouvelles possibilités d'exploiter le pouvoir des probiotiques pour promouvoir la santé et la longévité ", a déclaré le professeur Zsolt Radak, auteur principal de l'étude.

Avec son équipe de Budapest, Radak a examiné la relation entre la diversité du microbiome intestinal, l'âge biologique - notre âge étant déterminé par notre état de santé général et non par nos années de vie - et la forme physique de 80 rameurs amateurs.

Pour les besoins de l'étude, chaque participant a subi une série d'évaluations de sa condition physique et a fourni un échantillon de selles pour analyser les bactéries présentes dans son intestin, ainsi que des échantillons de sang pour déterminer son âge biologique à l'aide de marqueurs épigénétiques.

Les marqueurs épigénétiques sont comme des interrupteurs dans notre ADN qui peuvent contrôler si certains gènes sont activés ou désactivés, et jouent un rôle crucial dans la détermination de la façon dont nos cellules se développent, fonctionnent et réagissent à notre environnement.

La qualité de nos cellules peut être influencée par des facteurs tels que notre mode de vie, notre régime alimentaire et notre exposition à des facteurs environnementaux, ce qui peut en fin de compte avoir un impact sur notre santé et notre vieillissement.

Les marqueurs épigénétiques permettent aux scientifiques de mesurer ce déclin cellulaire, ce qui donne un aperçu de nos "horloges épigénétiques" ou de notre "âge biologique".

Des résultats inattendus

"Nous avons découvert que les bactéries inflammatoires accélèrent, en fait, le processus de vieillissement. Si vous avez plus de bactéries inflammatoires, vous avez un vieillissement avancé", a déclaré Zsolt Radak à Euronews Next, ajoutant qu'un vieillissement accéléré "signifie que vous êtes plus âgé que votre âge chronologique".

De même, en analysant les bactéries spécifiques présentes dans les microbiomes intestinaux des rameurs, les chercheurs ont constaté que des niveaux plus élevés de bactéries anti-inflammatoires étaient corrélés à de meilleurs indicateurs de forme physique et à un rythme de vieillissement plus lent.

À l'inverse, la présence de bactéries inflammatoires était associée à de moins bonnes performances lors des tests de condition physique.

Les athlètes étaient âgés de 38 à 84 ans et avaient participé à la 2019 World Rowing Masters Regatta, une compétition internationale d'aviron spécialement conçue pour les maîtres rameurs.

Un lien crucial entre l'intestin et le vieillissement

"Les résultats suggèrent l'existence d'un lien crucial entre les bactéries intestinales, l'inflammation, la forme physique et le processus de vieillissement, ce qui remet en question l'hypothèse courante selon laquelle un plus grand nombre de bactéries est synonyme d'une meilleure santé", explique le professeur Zsolt Radak.

L'étude n'a toutefois pas permis de déterminer un lien de cause à effet. Il se pourrait bien que les choix alimentaires des athlètes, vraisemblablement plus sains, aient une influence positive sur l'abondance des bactéries bénéfiques dans leur intestin.

Cependant, "ces bactéries ne sont pas liées au vieillissement chronologique. Je pense que c'est une observation très intéressante, car cela signifie que ces bactéries sont en fait impliquées dans le vieillissement de la méthylation de l'ADN [vieillissement épigénétique], [et ne sont donc pas] le résultat du vieillissement [chronologique]", a déclaré Zsolt Radak.

En d'autres termes, les bactéries inflammatoires, lorsqu'elles sont abondantes, sont liées à un vieillissement accéléré.

"Je pense que ces résultats sont importants parce que nous devons d'abord identifier les relations. Ensuite, bien sûr, si vous pouvez le confirmer, l'étape suivante consiste à modifier [traiter] ce type d'abondance [de bactéries inflammatoires] et à apporter des modifications au microbiome intestinal qui permettent, peut-être, de ralentir le vieillissement et d'avoir une vie plus saine", a-t-il déclaré.

L'équipe de Zsolt Radak mène actuellement une étude de suivi sur six mois au cours de laquelle elle a modifié le microbiome intestinal des rameurs, à l'aide de probiotiques, afin d'évaluer si cette intervention a une incidence directe sur l'âge biologique.

PUBLICITÉ

Les résultats devraient être publiés au début de l'année 2024.

Entre-temps, ils travaillent également sur une autre étude impliquant 60 champions olympiques âgés de 25 à 102 ans, qui vise à explorer l'impact d'une activité physique précoce de haut niveau sur le processus de vieillissement.

" Les résultats préliminaires ont déjà révélé que les athlètes d'élite ont un âge épigénétique plus jeune que leur âge chronologique ", a affirmé Zsolt Radak à Euronews Next.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les milliardaires de la Silicon Valley planifient en secret la construction d'une ville durable

Ce gâteau pourrait améliorer la santé de votre cerveau, selon les experts

Obésité en Europe : quels sont les pays les plus touchés ?