PUBLICITÉ

Tout comprendre sur la faillite de la banque SVB... et sur la suite

Le siège de la Silicon Valley Bank à Santa Clara, 10.03.2023
Le siège de la Silicon Valley Bank à Santa Clara, 10.03.2023 Tous droits réservés AP Photo/Jeff Chiu
Tous droits réservés AP Photo/Jeff Chiu
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La faillite de la banque californienne est la plus grave depuis la crise financière de 2008. Comment expliquer sa chute ?

PUBLICITÉ

La ruée vers les retraits a porté un coup fatal à la Silicon Valley Bank (SVB), vendredi 10 mars. La banque a fait faillite après la relève des taux d'intérêts par la Réserve fédérale américaine, qui a fait chuter la valeur de ses bons du Trésor. L'établissement spécialisé dans le financement de start-up technologiques a bien tenté une augmentation de capital mais sa situation a effrayé les investisseurs potentiels. 

La chute de la SVB est la plus importante faillite d'une institution financière américaine depuis la crise financière de 2008.

Comment cette banque en est-elle arrivée là et quelles conséquences aura cette faillite sur le système bancaire américain et mondial ? 

La Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt

La SVB a été durement touchée par la baisse des valeurs technologiques au cours de l'année écoulée, ainsi que par le plan de la Réserve fédérale visant à augmenter les taux d'intérêt pour lutter contre l'inflation.

Elle avait en effet acheté des milliards de dollars d'obligations au cours des deux dernières années en utilisant les dépôts de ses clients, comme le ferait une banque classique. Ces investissements sont généralement sûrs mais leur valeur a chuté : ils sont en effet liés à des taux d'intérêt inférieurs à ceux que rapporterait une obligation émise aujourd'hui, dans le contexte de taux d'intérêt plus élevés.

En général, ce n'est pas un problème car les banques les conservent longtemps, à moins qu'elles ne doivent les vendre en cas d'urgence... ce qui a été le cas : les clients de la Silicon Valley (principalement des start-up et d'autres entreprises technologiques) qui ont eu besoin de plus en plus de liquidités au cours de l'année écoulée.

Les clients de la SVB ont retiré leurs dépôts

Les fonds de capital-risque se sont taris ; les entreprises n'ont pas été en mesure d'obtenir des financement supplémentaires. Elles ont donc dû puiser dans leurs fonds existants - souvent déposés auprès de la Silicon Valley Bank.

Dans un premier temps, cela n'a pas posé de problème mais les retraits ont commencé à obliger la banque à vendre ses propres actifs pour répondre aux demandes des clients.

La banque de la Silicon Valley a vendu son portefeuille d'obligations à perte

Les clients de cette banque étaient principalement des entreprises et des personnes fortunées, ces profils craignaient particulièrement une faillite car leurs dépôts dépassaient 250 000 dollars (234 575 euros), soit la limite imposée par le gouvernement américain en matière d'assurance des dépôts.

Pour répondre à leur désir de récupérer leurs dépôts, la banque a dû vendre à perte des obligations généralement sûres. Ses pertes se sont accumulées et la SVB est devenue insolvable.

La banque a tenté de lever des capitaux supplémentaires auprès d'investisseurs extérieurs mais, étant donné sa situation, n'a pas réussi à les trouver.

L'établissement spécialisé dans l'innovation technologique a été mis à mal par le plus vieux problème du secteur bancaire et l'un des rares moyens de le faire couler à coup sûr : une ruée sur la banque, les clients voulant tous récupérer leur argent au même moment.

Les régulateurs bancaires n'ont eu d'autre choix que de saisir les actifs de la SVB afin de protéger les actifs et les dépôts encore présents.

Et maintenant ?

Les experts ne s'attendent pas à ce que les problèmes s'étendent à l'ensemble du secteur bancaire même s'ils n'excluent pas quelques instabilités passagères. 

La SVB était une grande banque mais son activité était très spécifique, puisqu'elle s'orientait presque exclusivement vers le monde de la technologie et des entreprises soutenues par des sociétés de capital-risque. Ce secteur particulier de l'économie a été durement touché au cours de l'année écoulée.

D'autres banques sont beaucoup plus diversifiées, en ayant des activités dans de multiples secteurs et dans plusieurs zones géographiques.

Cette faillite pourrait toutefois avoir des retombées économiques dans le monde des start-up technologiques américaines si l'argent qui reste actuellement à la SVB ne peut pas être débloqué rapidement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les milliardaires de la Silicon Valley planifient en secret la construction d'une ville durable

Zone euro : l'inflation baisse moins que prévu en février, à 8,5% (Eurostat)

La Hongrie écrasée par l'inflation : le pays enregistre le taux le plus élevé de l'UE