EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les sociétés de cryptomonnaies gèlent des comptes pour bloquer le financement du Hamas

AP Photo/Rick Bowmer, Dossier
AP Photo/Rick Bowmer, Dossier Tous droits réservés AP Photo/Rick Bowmer, File
Tous droits réservés AP Photo/Rick Bowmer, File
Par Pascale Davies
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les forces de l'ordre israéliennes ont collaboré avec des sociétés de cryptomonnaies pour bloquer les flux de fonds destinés au Hamas, selon un rapport.

PUBLICITÉ

Les autorités israéliennes ont ordonné la fermeture de dizaines de comptes de cryptomonnaies à la suite de l'attaque menée le 7 octobre par le Hamas, a rapporté le Financial Times, mardi.

Plus de 100 comptes sur la plus grande bourse de cryptomonnaies au monde, Binance, ont été gelés, a indiqué le journal, ajoutant que les autorités ont demandé des informations sur quelque 200 autres comptes.

"Nous sommes profondément attristés par les événements au Moyen-Orient", confie Binance dans un communiqué envoyé à Euronews Next, ajoutant qu'un "petit nombre de comptes"  été bloqué.

"Comme toujours, Binance suit les règles de sanctions internationalement reconnues, en bloquant un petit nombre de comptes liés à des fonds illicites".

"Nous souhaitons une fin rapide et pacifique du conflit et la sécurité de tous les civils innocents", précise également la société. 

Lundi, le plus grand émetteur de stablecoins (ndlr : "cyberjeton indexé") au monde, Tether, a annoncé avoir gelé 32 portefeuilles de cryptomonnaies virtuelles liés au "terrorisme et à la guerre" en Israël et en Ukraine.

Tether a indiqué que les adresses des portefeuilles avaient une valeur combinée de plus de 827 000 euros et qu'il collaborait avec le Bureau national de lutte contre le financement du terrorisme en Israël.

Parallèlement, la police israélienne a déclaré le 10 octobre qu'elle avait gelé des comptes de société de cryptomonnaies utilisés pour faire des dons au Hamas, une organisation politique et militaire islamiste qualifiée de groupe terroriste par les États-Unis, l'Union européenne et de nombreux autres pays.

Le Hamas étant une entité terroriste désignée, il fait l'objet de sanctions et d'exclusions des systèmes bancaires internationaux, ce qui fait des cryptomonnaies une alternative attrayante car elles fonctionnent principalement en dehors des systèmes bancaires traditionnels et autorisent les pseudonymes.

Entre août 2021 et juin 2023, le Hamas a reçu 39 millions d'euros en cryptomonnaies, selon la société de logiciels et d'analyse de cryptomonnaies, BitOK.

Mais le nouveau PDG de Tether, Paolo Ardoino, a fait remarquer que "contrairement à la croyance populaire, les transactions en cryptomonnaies ne sont pas anonymes. Ce sont les actifs les plus traçables et les plus suivis."

"Chaque transaction est enregistrée sur la blockchain, ce qui permet à quiconque de retracer les mouvements de fonds. Par conséquent, les criminels assez fous pour utiliser les cryptomonnaies pour des activités illégales seront inévitablement identifiés", explique-t-il, dans un communiqué.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE a-t-elle bien fait d'isoler le Hamas ?

Apple ouvre l'accès aux paiements sur les iPhones pour répondre aux préoccupations de l'UE en matière de concurrence

Noël est une période faste pour les criminels : comment se protéger contre les escroqueries ?