EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Une activité tectonique, cause potentielle du séisme le plus fort jamais enregistré sur Mars

Mars capturé par la sonde "Amal" des Emirats Arabes Unis le 10 février 2021
Mars capturé par la sonde "Amal" des Emirats Arabes Unis le 10 février 2021 Tous droits réservés Mohammed bin Rashid Space Center/UAE Space Agency, via AP
Tous droits réservés Mohammed bin Rashid Space Center/UAE Space Agency, via AP
Par Luke Hurst
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les scientifiques de plusieurs missions en orbite autour de la planète rouge ont étudié leurs données satellitaires pour tenter de déterminer la cause du séisme de magnitude 4,7.

PUBLICITÉ

Une équipe de scientifiques pense avoir découvert la source du plus grand séisme jamais enregistré sur Mars.

Ce que l'on pensait à l'origine être des vibrations massives provoquées par l'impact d'un météore, est désormais considéré comme un "marsquake" causé par l'activité tectonique sous la surface de la planète rouge.

La NASA a pour objectif d'envoyer un jour des humains coloniser Mars, mais il y a beaucoup de choses à comprendre sur la planète avant que cela ne soit possible.

L'un des éléments clés consiste à déterminer où se trouvent les zones d'atterrissage sûres. Les scientifiques qui travaillent sur le projet affirment que leurs résultats pourraient nous aider à comprendre les endroits où l'homme pourrait atterrir et vivre en toute sécurité, et ceux qu'il devrait éviter.

La chasse à la source de la secousse de magnitude 4,7, qui a duré six heures, a été lancée après qu'il ait été enregistré par la mission d'exploration, InSight, de la NASA le 4 mai 2022.

Selon l'université technologique du Michigan, les séismes d'une magnitude comprise entre 2,5 et 5,4 se produisent environ un demi-million de fois par an sur la planète Terre et sont souvent ressentis par les populations, mais ne causent généralement que des dégâts mineurs.

Les chercheurs ont déclaré que le signal sismique était similaire à celui de secousses connus pour être causés par des impacts de météorites, de sorte que l'événement - nommé S1222a - a été considéré comme en étant la cause.

Dans ce qui est considéré comme la première fois que toutes les missions en orbite autour de la planète rouge collaborent à un même projet, une chasse internationale au cratère d'impact présumé a été lancée afin de confirmer l'hypothèse.

Les équipes de l'Agence spatiale européenne (ESA), de l'Agence spatiale chinoise (CNSA), de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), de l'Agence spatiale des Émirats arabes unis (UAESA) et de l'Université d'Oxford, qui a dirigé l'étude, n'ont trouvé aucune preuve de l'existence d'un cratère ou de la signature d'un impact de météorite.

Après plusieurs mois de recherche dans les données satellitaires, l'équipe a conclu que le tremblement de terre avait été provoqué par des forces tectoniques à l'intérieur de la planète.

"Nous pensons toujours que Mars n'a pas de tectonique des plaques active aujourd'hui, de sorte que cet événement a probablement été causé par la libération de contraintes à l'intérieur de la croûte martienne", affirme le Dr Benjamin Fernando, de l'Université d'Oxford, responsable de l'étude.

"Ces tensions sont le résultat de milliards d'années d'évolution, y compris le refroidissement et le rétrécissement de différentes parties de la planète à des rythmes différents".

Il ajoute que les informations que les chercheurs recueillent "peuvent nous aider à comprendre où il serait sûr pour les humains de vivre sur Mars et où il vaudrait mieux éviter de le faire".

Publiant leurs résultats dans la revue Geophysical Research Letters, les chercheurs affirment que les preuves recueillies suggèrent que Mars est beaucoup plus active sur le plan sismique qu'on ne le pensait auparavant.

"Cette expérience montre à quel point il est important de maintenir un ensemble diversifié d'instruments sur Mars, et nous sommes très heureux d'avoir joué notre rôle dans la réalisation de l'approche multi-instrumentale et internationale de cette étude", confie le Dr Daniela Tirsch, coordinatrice scientifique de la caméra stéréo à haute résolution à bord de la sonde spatiale Mars Express de l'ESA.

Le séisme S1222a a été l'un des derniers événements enregistrés par InSight avant que la fin de sa mission ne soit déclarée en décembre 2022.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chandrayaan-3 : ce qu'il faut savoir sur la mission indienne d'atterrissage sur la Lune

Espace : voyage à bord du vaisseau spatial Soyouz

Des maisons en patate sur la lune